Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Professeur ϟ Sympathisant
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Adament
Points : 0
Hiboux : 743
Club : Mangemort. The Layer. #Ohthoserussians.

Métier : Professeur de magie runique.
Age : 25
Particularité : Les secrets dévoilés en traître par leur esprit. Tu maîtrises la Légilimencie.


MessageSujet: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Jeu 25 Fév - 22:05


Азраел Захарович Силаев

Let me play with your mind.

ϟ Prénom(s) : Azrael. L'ange de la mort, celle qui est tatouée partout sur ton corps. Qu'impérieux, tu infliges dès lors que tu es un peu trop furieux et qu'on te cause du tord. La musicalité du Z et des ailes, commune aux Zakharovitch. Le patronyme partagé, susurré avec un rictus. Tiré du nom du père selon les moeurs russes.
ϟ Nom : Silaïev. L'influence est indéniable, la puissance indubitable. Elles brillent comme un Phébus supportées par une richesse digne de Crésus. Craints et enviés malgré le respect affiché pour tenter de vous plaire. Discrets dans les affaires, l'affinité prononcée pour les arts noirs n'a pourtant jamais été un secret. Une aura de ténèbres dont vous êtes parés, drapés dans l'obscurité.
ϟ Age : 24 ans.
ϟ Date et lieu de naissance : Manoir Silaïev, Russie, 5 février 1953. Date autrefois espérée pour ses cadeaux, aujourd'hui appréhendée pour ses maux.
ϟ Statut & Sang : Sorcier Sang-Pur. Fait indéniable, indubitable. Ceux qui auraient l'inconscience d'en douter s'exposeraient à l'offense, s'offriraient aux blessures qui viendraient à coup sûr.
ϟ Particularité, don : Légillimens. Les entretiens passés avec succès suite au dossier très vite accepté, tu as fait parti des 10 élus de ton année pour apprendre une magie de l'esprit.
ϟ Ancienne Maison : Une hésitation suite aux tests. Etais-tu plutôt rusé ou porté sur la réflexion et la pensée ? Un entre-deux, tu es les deux. La difficulté de choisir le trait majeur, celui qui te représentait le plus. Trop prêt à tout pour parvenir à tes fins, à la réalisation de tes desseins, l'eau a l'emporté sur la terre, et c'est dans la caste des Wasser que tu as passé ta scolarité. Tu as presque fini en roi après avoir fait parti de l'Elite pendant des années, comme une miniature de votre société sur laquelle tu t'es finalement amusé à régner.
ϟ Profession : Professeur de magie runique. L'intérêt prononcé pour les formes de magie anciennes et parfois oubliées plus encore lorsqu'elle se rapproche de la magie noire et de ses rituels. Leur complexité n'est qu'un défi supplémentaire à relever.
ϟ Opinion Politique : Sympathisant, même si ce sont tes propres intérêts que tu sers, que ta loyauté restera toujours à quelques rares privilégiés de ton camps.
ϟ Baguette : Bois d'If, 26,9cm, avec en son cœur du ventricule de pansedefer ukrainien. Des runes que tu as gravé d'abord sur le manche et qui ont envahit le bois en toute élégance.
ϟ Patronus : Âme damnée, innocence depuis longtemps annihilée, tu es trop entiché des ombres, trop enveloppé de ténèbres pour lancer ce sort.
ϟ Epouvantard : Réminiscences éternelles de cette nuit mortelle, tu crains toujours les incendies. Plus que tout, tu le vois lui, le reflet encore innocent englouti par leur furie.
ϟ Amortentia : Une fumée âcre, l'odeur de clope, ton éternelle amie qui pourtant te nuit et te trahit. Des nuances boisées qui te rappellent cette forêt de conifères qui bordaient la propriété où tu as vécu des années. L'odeur désarmante d'un mélange de feuilles de thé et de menthe, suivie d'une pointe de miel, l'inspiration porteuse de souvenirs cruels qui te le rappellent.
ϟ Miroir du Rised : Des nuits envahies de rêves où tu les crèves. Mille façon de causer leur mort, l'abattant sur eux encore et encore. La fureur qui se complaît dans les pulsions cruelles. Parfois aussi les rêves de grandeur, d'un trône pour régner sur un royaume fait de ses ombres où tu sombres.
ϟ Feat : Ash Stymest.
ϟ Crédits : gifs: tumblr ; avatars:adament.
Qui es-tu ?

1. Votre personnage partage-t-il les idées montantes qui reprochent aux nés-moldus l'impureté de leur sang ?
Bien sûr que tu partages ces idées, tu es né et as grandi entouré de ces vérités. Tout pour préserver la pureté irréprochable de votre sang, vous valez bien mieux qu'eux. Les moldus vous sont inférieurs et le resteront toujours, peu importe si la magie a fait l'erreur de s'offrir à quelques uns de leurs enfants. S'il est impossible de connaître la raison de cet égarement en dépit des nombreuses théories, ça ne change rien à ton avis. Parce qu'avec les sang-de-bourbe viennent les dangers. Ils sont la porte ouverte aux moldus, vermine grouillante, rampante, menace uniquement par leur nombre. Ils sont le poison qui vient corrompre la pureté, qui causeront la perte d'anciens rituels, de traditions et d'une culture qu'ils ne pourraient pas comprendre même s'ils tentaient de les apprendre. Qu'ils ne pourraient pas toucher sans les salir.

2. Que pense votre personnage du ministère actuel ? Le trouve-t-il plus apte à faire face à la situation actuelle ? Le trouve-t-il trop idéaliste, laxiste, sévère ?
S'il est vrai que le ministère actuel est plus sévère que le précédent, tu le trouve néanmoins idéaliste. Quoi, pensent-il vraiment qu'avec quelques lois, quelques contrôles supplémentaires, ils pourront mettre fin à ces changements qui traînent dans l'air ? Alors certes, il devient parfois gênant. Mais ce n'est pas ça qui arrêtera les mangemorts ni plus généralement les croyances des sang-pur. Il ne fait que se garantir plus de blessures, en attendant de se faire anéantir. Un outil a utilisé, tout prêt à être manipulé. Il suffit de savoir tirer quelques ficelles, bouger les bons pions, trouver les points faibles sur lesquels appuyer sans se soucier d'être cruel.

3. Votre personnage est-il prêt à s'investir dans la défense de ses idées, quelles qu'elles soient, ou préfère-t-il rester éloigné des jeux des politiques ?
Rester éloigné des jeux politiques ? Quelle idée lorsqu'ils font parti de ceux que tu préfères. Des danses où chaque pas compte, ou le moindre dérapage peut aboutir à des conséquences parfois démesurées. Le battement d'aile d'un papillon créateur de tempêtes. Tu as toujours su rentrer dans leur tête, tirer les ficelles pour les faire voir par tes yeux et obtenir ce que tu veux. Au contraire, tu prends plaisir à ces jeux dans lesquels tu excelles.

4. Que pense votre personnage du rapprochement des ministères de la magie anglais, français et slaves ? Est-ce un front utile et capable contre la menace que représente en Europe la montée de Voldemort au pouvoir ?
S'il est encore trop tôt pour savoir si le rapprochement est une bonne chose ou non, tu accordes sans mal qu'il s'agit d'une opportunité particulièrement intéressante. Tu as toujours eu un intérêt pour les autres cultures, plus particulièrement dans leur rapport avec la magie, et la situation le favorise encore. Mais c'est surtout la créations de nouvelles alliance, qui a son importance. Ils souhaitent peut-être faire front face à la montée de Voldemort et de ses idées au pouvoir, mais il est idiot de leur part de croire qu'ils seront les seuls à en profiter.
Survole l'image pour en savoir plus
Anecdotes

01. Des tendances insomniaques qui s'accordent bien avec ton habitude à peu dormir. Quelques heures par nuit, ça te suffit. S'il est nécessaire, le sommeil n'en est pas moins une perte de temps dont tu n'as que faire. Le café est néanmoins ton allié. 02. Tu fumes. Un peu trop, sans doute, il est courant de te trouver avec une clope au bec. Et tant pis si ça te fous les poumons en l'air, ça t'aide à garder le contrôle sur cette colère que tu ne peux faire taire. La nicotine évite qu'elle ne se transforme trop souvent en pulsions assassines. 03. Tout comme les endorphines. D'autres délices, ceux que tu trouves en te perdant entre leurs cuisses. La friction des corps, celle qui fait se damner pour un encore. Des coups de reins que tu voudrais sans fin, quitte à perdre ta conscience dans une touche de violence. Un peu de passion dans la danse des anatomies, déjà oubliée lorsque tu quittes le lit. 04. Un intérêt particulier pour les anciennes formes de magie, de celles qui composent l'héritage des sang-purs. Celles qui tombent plus ou moins vite dans l'oubli à force d'être interdites, parfois regardées avec le mépris. Tout ça à cause de leur puissance, de leur courante affiliation à des branches de magie plus ou moins noires. Tu avais d'ailleurs choisi l'Etude des anciennes religions en option au Grade 4 à Durmstrang après un court temps d'hésitation avec la métamorphose avancée. 05. L'une des raisons pour lesquelles tu as autant voyagé ses dernières années. La recherche de formes de magies oubliées ou quasi inconnues dans votre société. Du rapport entretenu entre elles et d'autres sorciers étrangers. Des découvertes qui t'ont fasciné et que tu as eu l'opportunité d'apprendre, parfois simplement d'observer et de tâcher de comprendre. 06. Une passion pour les arts obscurs, frôlant l'addiction. La déraison lorsque la magie se prête à leur danse, la déchéance lorsqu'elle se fait sauvage et libère sa rage, prête à tous les ravages. La quasi jouissance dans la sensation de puissance. 07. Le nom qui laisse percevoir la double origine bien que le russe domine. Du sang anglais qui te vient du côté de ta mère, la place de ton père aux relations internationales du ministère russe qui t'a conduit à passer une partie de ton enfance en Angleterre. Les deux langues qui coulent librement de ta bouche, parfaitement bilingue, la compréhension est immédiate. 08. Les aiguilles qui se sont infiltrées sous ta peau à de multiples reprises pour tracer des dessins dont le dessein n'est pas le beau. Les tatouages ancrés dans la peau, le noir de l'encre qui contraste avec l'épiderme diaphane. Des motifs que tu as eu besoin d'immortaliser, ou peut-être des reflets de l'âme. Des runes dissimulées dans l'intrication des lignes, avec une utilité, une signification pour chacune. 09. La prunelle gauche de la couleur du ciel, tandis que l'autre a une teinte verte. Les yeux vairons qui troublent jusqu'à la déraison, précipitant leur perte. Un mélange fascinant et dérangeant qui attire les regards alors qu'ils ignorent leur pouvoir. Ils sont le piège, une goutte de légilimencie et tu les assièges. Leur esprit à ta merci pour peu que tu en es envie. En profiter serait facile, tu le gardes pourtant pour les cas où il t'est réellement utile, préférant le subtile. 10. Pendant longtemps, tu étais incapable de voir ton reflet dans le miroir. Encore maintenant, tu continues de l'y voir, ce fantôme qui te hante et partage ton regard. 11. Pendant un temps tu avais développé une forme d'addiction aux Calming Draught et aux potions de sommeil sans rêve. L'incapacité à supporter les conséquences de l'attentat sans elles et cette douleur qui te crève. Si tu as réussi à t'en sevrer et à faire passer le besoin, tu en gardes cependant toujours quelques unes sous la main. 12. Une chevalière qui souvent orne ton doigt, portant les armes des Silaïev. Autour de ton cou sa jumelle, au bout d'une chaîne qui la place contre ton coeur, celle qui aurait dû être la sienne. Tu t'en sépares encore moins que de la tienne.


Derrière l'écran

ϟ Pseudo ou Prénom : Adament, Lucile.
ϟ Âge : 21 ans
ϟ Double compte ? Nop.
ϟ Comment avez-vous découvert le forum ? Once upon a time on the internet.
ϟ Vos premières impressions ? ♥ pour Adochat et Sisou, le travail est fou.
ϟ Autre chose ? pls. 

fiche by laxy


Dernière édition par Azrael Z. Silaïev le Ven 11 Mar - 16:33, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur ϟ Sympathisant
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Adament
Points : 0
Hiboux : 743
Club : Mangemort. The Layer. #Ohthoserussians.

Métier : Professeur de magie runique.
Age : 25
Particularité : Les secrets dévoilés en traître par leur esprit. Tu maîtrises la Légilimencie.


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Jeu 25 Fév - 22:06


Il était une fois ...

He wore his hartred like a cruel second skin. - Maggie Stiefvater.

La fatalité des flammes. Les cris, la peur. La terreur pure qui inonde les tripes et les coeurs dans la tempête des horreurs. Les sorts qui fusent, les murs qui s'usent alors que l'incendie perdure. Zébrés de fissures géantes, crevasses béantes et effrayantes. Les crépitements mués en rugissements. Quasi impossibilité de trouver de l'air dans le manoir dévasté, paysage digne d'une guerre. Vous ignorez la manière dont ils ont fait plié les barrières, traversé le bouclier. Mais ils l'ont fait. Des silhouettes devenues monstrueuses dans la lumière d'un rouge barbare. Elles traversent parfois les pièces immergées par ce feu qui leur prête des formes inhumaines sous vos regards. De nouvelles explosions. La magie en colère se déverse un peu plus dans l'atmosphère. Animée d'une rage sauvage, se délectant de ses saccages. Transcendée par son carnage. Des hurlements qui redoublent d'intensité. Les mains se serrent jusqu'à faire mal, les doigts s'étreignent et s'étranglent à la recherche d'un support mutuel face à cette terreur brutale. Létale.

Un craquement au plafond qui se répercute jusque bien plus profond. Vous devez bouger, échapper à une mort certaine. La peine vous grignote déjà, prête à se transformer en haine. Vous l'avez vu se faire tuer. Le sort qui frappe dans le dos sans un mot, les flammes qui, gourmandes, lèchent la peau. Dévorent jusqu'aux os. Bouffée, crevée. Annihilée. De son corps vous ne retrouverez rien, ou tout juste quelques restes calcinés. Vous étiez trop loin. Rien que vous n'ayez pu faire. Juste des hurlements que vous n'avez pu taire, étouffés dans la tourmente qui explosait à une vitesse alarmante. Partagé entre la nécessité de fuir pour survivre et le désir de la venger et de les suivre. L'apparition du père qui porte votre frère. Petit être endormi par un sort pour être éviter des complications qui pourraient causer sa mort. Un maléfice porteur de vice qui frôle vos têtes mais s'écrase sur le faîte. Les ennemis s'approchent et les cris se perdent dans vos gorges et s'y accrochent. Devant vous se place la figure paternelle, animée d'une ire cruelle. L'échange de sorts qui s'en suit n'a rien d'un duel, tous cherchent à s'avérer mortel. Combat furieux, dangereux. Personne ne touche à ses enfants, mais vous manquez trop de temps. La conscience d'une l'urgence qui ne souffrira d'aucune déviance. Danse sur un fil bien trop fragile. Un faux pas, et c'est la chute. Un faux pas, et vous partez en volute. La chaleur digne des Enfers rougit déjà les épidermes diaphanes, la fumée pique les yeux et brûle les poumons, enchantée d'être profane. Et les flammes qui se rapprochent, les flammèches qui vous lèchent. Les frissons qui agitent la peau, la sueur glacée qui roule le long du dos. Un bouclier lancé par votre père qui vous en protège, et c'est ce qui le piège. L'instant en trop, l'attention qui fait défaut. Un premier sort le touche. Un deuxième. Un troisième. Il s'écroule, salve qui fait mouche alors qu'un même cri s'arrache de vos bouches. Un "NON" hurlé à l'unisson. L'impulsion, l'élan identique pour vous propulser en avant. Vous précipiter pour voir le père et le frère pour qui vous vous inquiétez.

Les événements s'entraînent et les atrocités s'enchaînent. Arrêtés par de nouveaux éclairs qui s'écrasent à vos pieds. L'incapacité de plus vous avancer. L'hésitation se mue en détermination lorsque vos regards se croisent et se soutiennent, barrage contre la peur et la peine. Quoi qu'il en soit, quoi qu'il en coûte, pas de place pour le doute. Vous ne pouvez pas laisser Haziel, l'abandonner aux flammes cruelles, incendie qui vous semble presque éternel. Ni votre père. Le refus de croire que lui aussi est mort, que son âme a déjà quitté son corps. Et vous y arrivez presque. Ils sont à vos pieds, vous commencez à vous pencher, vous baisser dans l'espoir de pouvoir le réveiller et les sauver. Un sort qui s'allie au sort, envieux de l'harmonie de votre accord. Jalousie assassine, ils le frappent en pleine poitrine. Ta main libre qui s'étendaient vers les blessés, lorsque la sienne t'es arrachée avec une brutalité encore jamais éprouvée. Tu te retournes pour le voir décrire un vol plané, vos yeux également écarquillés. Tu n'as que le temps d'essayer de te précipiter. En bondissant, en rampant, en volant. Tes doigts qui s'étendent et s'écartent dans le vide, désespéré de rattraper les siens. Et tes empreintes effleurent sa main. Se referment sur du rien.

- EZRA !

Son prénom que tu hurles dans une supplication vaine. La scène qui défile en un ralenti qui te torture, t'agonisant sous les blessures. Tu as déjà calculé l'emplacement de sa chute, fatalité à laquelle tu ne peux rien changer. Toute ta magie qui s'échappe brutalement de ton corps pour tenter de le sauver. De se raccrocher à la sienne qui imite la tienne. Tentative tout aussi vaine. Et tu le vois tomber. Ses yeux se plongent dans tes prunelles. Adieux cruels. Adieux douloureux. Le bleu dans le bleu, le vert dans le vert. Vos visages sont des reflets parfaits qui se comprennent sans rien dire. Sur le sien, le mirage d'un dernier sourire. Avalé par la crevasse de ce plancher ciré sur lequel quelques heures plus tôt encore vous jouiez. Et tu vois les flammes l'engloutir et se réjouir. Tu le sens mourir. Et tu frôles le délire.

Tes hurlements désespérés se mêlent aux siens lentement étouffé par la violence de son silence. Tout ton être qui se met à trembler. L'âme aussi bien que le corps, cordes tirées à l'extrême pour un ultime accord atroce. Tu veux sauter, la perspective d'une vie sans lui impossible à supporter. Si c'est sans lui, tu ne veux plus vivre. Tu préfères mourir si c'est pour le suivre. Et tu t'y apprêtes, écroulé au bord du précipice qui te l'as arraché. Une main qui se referme sur ta cheville, t'entraînant dans une vrille. La rudesse du portauloin contre lequel tu ne peux rien. La détresse en exergue, pointe émergée de l'iceberg. Pourquoi est-ce qu'ils t'emmènent ? Les cris pour qu'on te ramène auprès de lui, pour qu'on te le ramène en vie. Tu ne peux pas faire face à ça. Tu ne sais pas. Tu ne veux pas. Tu as besoin de lui. De ce double qui a tout partagé de ta vie. Tu n'es même pas conscient de votre arrivé brutale dans la neige glaciale. Pureté souillée par la suie dont vous êtes couverts, toi, le petit frère et le père. Trop effondré, le coeur déchiré, la magie mutilée. Recroquevillé sur ta blessure, choqué par la pire des torture. Une part de toi qu'on t'a arrachée, la moitié de ton être maintenant forcé à un singulier dénaturé. L'amputation cruelle, surnaturelle, alors que vous vous êtes toujours conjugués au pluriel.

ωωω

La brusquerie du réveil. La sueur froide qui couvre ta peau devenue fiévreuse dans ton sommeil. Cauchemar de cette nuit bien réelle, trauma qui te hantera d'une façon éternelle. Tu as le corps tremblant, le coeur battant. Le souffle pantelant, étouffé par son prénom qui obstrue ta trachée. Par son prénom inscrit partout dans ta tête et sur tes lèvres qui le répètent inlassablement, sans même en avoir conscience. Sans aucune syllabe pour troubler le silence oppressant, devenu glaçant. Tu ne t'étais pas rendu compte que tu t'étais endormi alors que tu t'étais assis sur son lit. Une chambre que vous partagiez lorsqu'il était encore en vie et que vous veniez en Angleterre en famille, pour les affaires de votre père. Une chambre dans laquelle tu n'es plus retourné pendant des années après l'attentat, les portes restées résolument closes. Trop difficile de faire face à tout ces souvenirs qui te faisaient trop souffrir. Il n'était pas que ton frère, pas que ton reflet parfait, à l'exception de vos yeux vairons aux couleurs opposées. Vous étiez deux moitiés d'un même être. Azrael&Ezra. Ezra&Azrael. Interchangeables, inséparables. Bien trop proches, même pour des jumeaux. Les noms devenus indissociables. Au point qu'Haziel les mêlaient pour n'en faire qu'un lorsqu'il était tout petit. Au point que même quand on se trompait de prénom dans les rares occasions où vous n'étiez pas fourrés ensemble, vous répondiez sans rien préciser, sans jamais y voir aucun mal. Parce que c'était normal. Parce que même vous ne vous différenciez pas vraiment l'un de l'autre. Deux parties d'une même âme. La folie qui t'a touché quand il t'a été arraché avec une violence incomparable. L'amputation, la mutilation insupportable. Le vide insondable. Les cris, les crises d’hystérie. Les hurlements, les tremblements. Les pleurs, le déchirement du coeur. Les crises de paniques et d'anxiété dès lors que tu te réveillais de l'inhibition provoquée. Constamment enfermé dans une chambre d'une propriété de cousins, quasi drogué aux potions de sommeil sans rêves et autres Calming Draught pendant un temps, jusqu'à ce que tu commences à accepter le fait que tu devrais continuer à vivre sans Ezra. Son nom devenu tabou, qui pendant un temps n'était plus prononcé du tout pour ne pas te voir récidiver et devenir fou.

Ca aurait été plus simple si vous n'étiez pas aussi proches. Quiconque soumet cette hypothèse immédiatement couvert des pires des reproches. Idée atroce qui a toujours déclenché chez toi une fureur féroce. Celle qui réveille l'ire terrible, celle qui te susurre de tout détruire. Celle qui déclenchait l'impétuosité de ta magie, petit, qui t'échappait et frappait sans distinction ni précision. La perte de contrôle  totale, libérant ses réactions primales. Les pupilles où plus aucune lueur ne brille, balancé dans une vrille que rien ne pouvait arrêter. La folie, les nuits d'insomnies. Recroquevillé sur ton lit, les genoux coincés entre tes bras pour ne pas trembler. Les yeux grands ouverts dans l'obscurité, fixés dans un vide semblable au néant dans ta poitrine. A souffrir son absence en silence. Des draps déchirés, les oreillers éventrés dans un accès de colère, ta magie qui se lamente toujours dans l'air en une mélodie démente. Tout à réapprendre. Comment survivre, comment vivre. Comment être seul, sans sa présence à tes côtés. Comment supporter son absence. Comment maîtriser tes pulsions, tes émotions. Ta magie. Retrouver un semblant de contrôle devenu une nécessité absolue dans ce monde où tout t'était soudainement inconnu.

Ca t'a prit longtemps. Combien, tu ne saurais pas dire exactement. Sans que pourtant tu ne puisses oublier, sans qu'il n'ait jamais cesser de te hanter. Des barricades érigées en cascade alors que progressivement, tu t'es rouvert à ton frère et à ton père -maintenant handicapé, incapable de marcher, forcé de se déplacer en fauteuil- qui ne t'avaient pourtant jamais laissé vraiment seul. Un nouveau but que tu t'es trouvé. Venger ton jumeau et ta famille, ne plus jamais permettre qu'ils soient victimes d'un quelconque mal. Des livres dans lesquels tu t'es plongé avec encore plus de ferveur. En apprendre le plus possible, tout savoir sur toutes ces formes de magie qui déjà auparavant te laissaient presque rêveur. La réalisation tardive que ta mère était elle aussi décédée, fait presque oublié. A vrai dire, sa mort à elle ne t'a pas tant fait souffrir. Bien sûr tu étais triste, bien sûr vivre sans elle était étrange. Mais elle s'était doucement, légèrement éloignée de vous depuis quelques mois, sans vraiment que tu n'en ai eu conscience. Absente dans sa présence vaguement amenuisée. Mais surtout, sa disparition atténuée mille fois face au choc cataclysmique de celle d'Ezra. Un pincement au coeur, une infime relent de douleur dans l'océan sadique de ta souffrance. Et la prise de conscience suite à une certaine discussion avec ton père avait achevé d'étouffer cette peine. L'avait métamorphosé en haine.

Tu te souviens encore de certains de ses mots, de bribes de sa diatribe. "Les barrières n'auraient pas cédé sans raison, il leur fallait quelqu'un à l'intérieur." Ton silence alors que la vivacité de ton esprit se réveille. Les prunelles qui se rivent dans les siennes, interdisant toute esquive. "Oui, fils. Je pense que ta mère n'y est pas étrangère." "Pourquoi elle nous aurait fait ça ? Pourquoi nous aurait-elle trahit ?" L'acte irréparable, impardonnable. La trahison extrême, suprême. Chez les sang-purs encore moins que chez tout les autres, on ne s'en prend pas à sa propre famille. On ne s'en prend pas à ses enfants, rares porteurs de la pureté du sang, précieux descendants. "Je ne sais pas exactement." Les mots soigneusement choisi de l'aveux. Comme toi et comme beaucoup, il évite toujours d'admettre ne pas savoir s'il le peut. "Elle avait changé, Azrael. Elle n'était plus pareille. Ses allégeances n'étaient plus les mêmes, plus les nôtres." "Pourquoi tu n'as rien fait ?" La méfiance. La goutte d'appréhension. La rancoeur. "Parce que ce n'étaient que des doutes, Azrael. Ta mère était une femme redoutable et intelligente, elle n'a laissé aucune preuve. Rien de suffisamment concret pour que je puisse lui en parler, la confronter sur le sujet." "Tu aurais dû." L'intransigeance. "J'aurais dû. Ses regrets profonds, ses propres blessures qui fendent son coeur et son être, précipitant ta déchéance. Le souffle qui s'était brisé, la douleur comme une vague précipitée sur des rochers aiguisés. Son bras qui avait entouré tes épaules comme il l'avait pu, comme pour empêcher ta chute. Rechute pourtant inévitable alors que tu n'étais toujours pas guéri. Justes quelques semaines, encore trop tôt. Beaucoup trop tôt pour que tu puisses penser à lui sans t'effondrer. Beaucoup trop tôt pour que tu puisses faire autre chose que sans cesse penser à lui.

Puis vinrent tes douze ans. L'entrée à Durmstrang et ses tests réussis avec succès. Les préfets d'Erden et de Wasser qui se disputent ta place jusqu'à ce qu'on les force à se mettre d'accord sur ta caste. Plus rusé que posé, plus prompt aux bassesses, à exploiter les faiblesses dans l'ombre qu'à faire preuve d'une totale sagesse. Les doutes durant ta première année quant au bien fondé de cette décision. Ces heures, ces jours, ces mois passés plongé dans les livres, cette volonté à tout vouloir savoir sur la magie te faisaient survoler tes classes avec facilité les premières années. Ils ignoraient les heures passées à t'entraîner la nuit hors de ton lit, encore frappé d'insomnie. Le but que tu es décidé à tenir, à voir aboutir. Le venger. Les faire souffrir, les voir mourir. Et pour ça tu te devais d'être préparé. D'être le meilleur, résolution supplémentaire que tu avais prise, comme pour le rendre fier. Pour Ezra. Parce qu'à deux, tu es certain que vous les auriez tous surpassé, parce que rien ni personne ne pouvait vous égaler. Des rumeurs que tes actions ont initié. L'intransigeance de celui qui ne permettait aucune erreur. Ni aux autres, ni à lui même. Celui qui n'offrait qu'indifférence aux préoccupation de son âge, mais ne permettait pas la moindre irrévérence. Tu ne t'encombrais pas d'amitié déplacée, leur préférant des alliances. Presque un mythe qui s'est créé. L'élégance dans la violence à peine réprimée. L'attrait de la déchéance, la subtilité des manipulations. Un roi parmi cette Elite quasi sacrée à laquelle te prédestinait déjà ton nom, toujours soigneusement placé entre tes chères ténèbres et une goutte de lumière. Une place que tu as fini par incarner au fil des années sans prendre la peine de la demander. Parce qu'un Silaïev ne demande pas, jamais. Vous exigez, et ils courbent l'échine pour te satisfaire. Et si vous êtes forcé à prendre, qu'ils fassent face à votre colère.

Si bien que lors de ta dernière année, lorsque Haziel t'a rejoint à Durmstrang, tu étais de ceux que l'on craignait et admirait. Après des années passées à ne se voir que durant les vacances alors que vous étiez particulièrement proche avant ton départ. A vous envoyer des lettres sans pouvoir vous voir. La fierté lorsque la baguette qui l'a choisi s'est avérée presque semblable à la tienne, puis lorsqu'il t'a rejoint chez les Wasser. Tu veillais sur lui de loin, tout en l'introduisant aux eaux pernicieuses de l'élite, à ce monde où les coups bats sont foison et où chaque parole peut s'avéré dangereuse. Puis, l'année passée, c'est à nouveau de lettre qu'il fallait vous contenter. Quant à toi, tu choisissais de voyager plutôt que de te lancer dans la politique. Tu aurais tout le temps pour ça plus tard, pour l'instant tu préférais te lancer à la découvertes de formes de magie étrangères ou énigmatiques. L'Europe d'abord, puis l'Asie, l'Afrique, l'Amérique. Des rapports avec la magie différents, des utilisations dissemblables. Toujours intéressantes, des mines de savoir inépuisables. Tu revenais toujours chez toi pour les vacances cependant, pour t'occuper d'Haziel mais aussi des affaires familiales avec ton père. Plus que son rôle de paternel, que le tien filial, il te prenait progressivement comme son égal. Des partenaires dans les affaires, les alliés les plus liés quant aux objectifs de votre famille. Quant à votre vengeance. Et tu as commencé à la mener. Des pistes que vous aviez trouvé et que tu as remonté. Des noms que vous avez retrouvé et que tu as traqué. L'un ou l'autre responsable démasqué et que tu as exterminé en t'assurant qu'ils aient souffert pour ce qu'ils ont osé faire en t'assurant de ne laisser aucun indice derrière. Pas question de te faire attraper pour ça, ce sont eux qui doivent payer pour ce qu'ils ont fait à Ezra.

Et puis les vacances d'hiver dernière, une nouvelle discussion avec ton père. Celle où vous avez décidé qu'il fallait en savoir plus sur la montée en puissance de ce mage noir, Lord Voldemort. Celle où il t'a demandé d'y aller toi, et où tu as tout naturellement accepté, d'un commun accord. Parce que ce n'est pas un fait à prendre à la légère, parce que ce n'est pas non plus une simple récolte d'informations que vous pouvez déléguer. Trop tyrannique pour permettre une alliance, mais une prise de position trop importante pour votre place en tant que sang-purs pour ne pas s'en rapprocher. Alors plutôt que de retourner parcourir le monde, c'est en Angleterre que tu retournais. Installé dans votre manoir anglais, tu te montrais dans les réceptions importantes, de ces événements réservés aux sang-purs. Tu te faisais connaître, tu te créais une nouvelle place. Evidemment qu'ils t'ont approché. Les affinités et opinions des Silaïev n'ont jamais été un secret, faits particulièrement clairs dans les hautes sphères. Et tu t'en es rapproché, jusqu'à devenir l'un d'eux. Une place plutôt importante étant donné votre influence, mais un oeil qu'ils gardent tout de même sur toi. Ton allégeance qui va toujours à ta famille avant toute chose, mais tes connaissances peu communes qui font de toi un élément aussi précieux que dangereux. Et c'est peut-être pour ça qu'ils t'ont confié la mission de trouver de nouveaux éléments, de surveiller ceux qui ont du potentiel. Pour espionner Poudlard de l'intérieur. Et c'est ainsi que tu as postulé puis t'es fait embaucher en tant que professeur de magie runique pour cette année. Même sans être Occlumens, ton esprit reste en un sens protégé par ta capacité à la Légilimencie. Capable de voir les signes d'une attaque et non pas de te défendre, mais de porter une contre-attaque. Le risque assez élevé pour décourager ceux qui voudraient s'y essayer.




fiche by laxy


Dernière édition par Azrael Z. Silaïev le Mer 9 Mar - 20:34, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiant ϟ Indifférent
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Schizophrenic.
Points : 2
Hiboux : 492
Multi-compte(s) : Remus J. Lupin & I. Zéphyr Aït-Malek
Métier : Etudiant à Sainte-Mangouste
Age : 19


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 27 Fév - 2:12

Bienvenue officiellement mon petit chat coeur Tu te doutes, je suis troooop contente de te voir par ici, et je suis trop pressée de lire cette nouvelle fiche, surtout avec ton nouveau style d'écriture à la deuxième personne ! Bon courage pour tout ça coeur

ω



Georgiado
« Moi je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre jusqu'après ma mort pour couvrir ton corps d'or et de lumière. Je ferai un domaine où l'amour sera roi, où l'amour sera loi, où tu seras reine. Ne me quitte pas » Jacques Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Batteur
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Nymeria (avatar), Aesthetic (tumblr refuse de donner l'auteur)
Points : 9
Hiboux : 240
Multi-compte(s) : Mary MacDonald
Club : Maraudeurs

Métier : Maraudeur à plein temps.
Particularité : Animagus


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 27 Fév - 18:24

Oh mais oui, c'est écrit à la deuxième personne ! Tu essayes quelque chose de nouveau ? (:
Bienvenue dans notre nouvelle maison ♥ J'ai hâte de voir ce que tu nous prépares avec ce nouvel Az' !

ω



We’re Marauders. We break noses and accept consequences. ▵

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur ϟ Sympathisant
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Adament
Points : 0
Hiboux : 743
Club : Mangemort. The Layer. #Ohthoserussians.

Métier : Professeur de magie runique.
Age : 25
Particularité : Les secrets dévoilés en traître par leur esprit. Tu maîtrises la Légilimencie.


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 27 Fév - 19:17

Merci les chats sisou C'est super cool de retrouver Fiz tout beau tout neuf et avec tout le boulot que vous avez mis dedans coeur
Nop ça fait probablement environ un an que je suis passée à la deuxième personne, la contamination tout ça tout ça coquin Mais ouais, j'espère que le nouveau Az et que tout ça vous plaira blue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 27 Fév - 21:02

Même si tu l'as vieilli, Az' restera toujours ma peluche ! ♥ J'ai hâte de voir cette nouvelle version en tout cas ! *o*

Bon courage pour ta fiche ! :3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Dim 28 Fév - 16:02

Bienvenue ♥
J'aime tellement Ash, il a un style de malade han
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Haziel (aesthetic) ; Liloo_59 (avatar)
Points : 2
Hiboux : 318
Multi-compte(s) : Sirius O. Black
Club : Canards sauvages ; Chaussettes solitaires ; Buveurs de Bierraubeurre ;

Métier : Relayeuse d'informations à Poudlard
Particularité : A explosé le record de timeout (x22)


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Ven 4 Mar - 17:28

On veut lire l'histoire, on veut lire l'histoire, on veut lire l'histoire blue  

ω



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Durmstrang
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Eve (aesthetic)
Points : 33
Hiboux : 483
Métier : Stalker Eve
Age : 26
Particularité : Animagus Corbeau. En apprentissage de l'Occlumancie (Depuis Juillet 1977)


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 5 Mar - 16:51

Monstre. mimi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur ϟ Sympathisant
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Adament
Points : 0
Hiboux : 743
Club : Mangemort. The Layer. #Ohthoserussians.

Métier : Professeur de magie runique.
Age : 25
Particularité : Les secrets dévoilés en traître par leur esprit. Tu maîtrises la Légilimencie.


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Sam 5 Mar - 16:56

Nemo, et toi même si ce n'est plus le même personnage tu resteras toujours mon petit moucheron héhé coeur

Pando, oui, Ashestlaperfection crazy

Marynette, le début avec l'idée-horrible est posté en tout cas, ça peut déjà donner une bonne idée du ton tululu plus qu'à écrire/résumer le reste maintenant

Haziel oui mais tu m'aimes bien tu as dis, donc vuquejepeuxplusnier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Hollow Bastion
Points : 4
Hiboux : 427


MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   Ven 11 Mar - 19:57

La Gazette du Sorcier


ϟ Maintenant que tu es validé(e), tu vas pouvoir passer faire un tour par les bottins pour référencer ton personnage. D'abord, réserve lui sa tête en passant par le bottin des avatars. Mais référence aussi ses capacités magiques dans le bottin des patronus et des capacités spéciales au besoin.
Ton personnage, maintenant sorti de Poudlard, est rentré dans le monde du travail. Va donc l'inscrire dans le bottin des professions.
Si c'est ton deuxième personnage - ou plus, petit coquin ! - va donc t'inscrire dans le bottin des multicomptes.

ϟ Puis, tu vas pouvoir lui construire une fiche de lien et de RP dans ce sous-forum, tu vas aller lui acheter un hibou que tu vas ranger par ici et que tu vas aller référencer dans ce sujet. Libre à toi aussi de publier son journal intime dans cette sous-partie

ϟ Une fois toutes ces étapes passées, tu peux -enfin- aller RP !  Tu peux évidemment aussi aller flooder, en tout cas, va nous démontrer par des montagnes d'écrits combien tu aimes ton nouveau personnage ♥ Amuse-toi bien sur Fizwizbiz ♥

Qui es-tu ?

Dépêche du jour : qui est donc Azraël Z. Silaïev ?

Un nouveau professeur vient de faire son entrée à Poudlard, au poste d'enseignant de Runes Anciennes. C'est un homme jeune, qui semble particulièrement brillant et prometteur. Malgré ses airs de SYMPATHISANT, Dumbledore a l'air de lui faire assez confiance pour l'employer. Est-ce dans un but de prolonger la coalition en dehors des rangs des élèves ?  
Survole l'image pour en savoir plus


fiche by laxy, avatar par Hollow Bastion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.forumactif.be
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Azrael + Sometimes human places create inhuman monsters.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» World of Pocket Monsters (WOPM)
» places pour la finale du top 14 à vendre sur le site de la lnr ce vendredi 16h00
» human BOMB
» Detroit Monsters

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Gestion de votre personnage :: Galerie des portraits :: Fiches validées-