Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
7ème année ϟ Beauxbâtons
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : (c)InCase
Points : 0
Hiboux : 13


MessageSujet: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Sam 6 Fév - 15:16


Frédéric Aubier

SICK OF THE WOUNDS THAT NEVER HEAL

ϟ Prénom(s) : Frédéric
ϟ Nom : Aubier
ϟ Age : 19 ans. Vie pourtant bien moins trépidante que les personnes du même âge que l'on voit dans les films.
ϟ Date et lieu de naissance : 17 juillet, Paris
ϟ Statut : Sorcier
ϟ Sang : Sang-pur - sauf si son père lui ment et que sa mère est une moldue, ou une cracmol. A vrai dire, Frédéric ne l'a pas énormément connue et ne se souvient pas l'avoir vue pratiquer de la magie. Mais il imagine mal son père refaire l'Histoire par simple prétention.
ϟ Maison : Poufsouffle ou Serdaigle.
ϟ Ancienne Maison : Beaufort, comme beaucoup d'élèves suffisamment ordinaires et sans capacités particulières et précises développées.
ϟ Baguette : Bois de pin, plume de phénix, 25 cm et demi. Il a oublié les spécifiques de chacune de ces caractéristiques, mais il sait s'en servir suffisamment bien et c'est tout ce qui lui importe.
ϟ Patronus : Un shiba - chien discret, calme et qui aboie peu; propre, responsable et mature, qui ne fait par nature pas trop de bêtises ; affectueux mais réservé envers les inconnus. Cependant, il doute quant à l'existence d'un souvenir suffisamment puissant pour la réussite de cet acte magique.
ϟ Epouvantard : Le blizzard qui s'abat sur lui, l'étouffe, envahit ses poumons et le frappe comme des milliers de coups de poing. L'incarnation d'un Grand Nord désormais diabolisé.
ϟ Amortentia : Odeurs de pain chaud, de sucre brun, de sel marin. Odeurs aléatoires, sans aucune logique et qui ne semblent pas prendre racine dans des événements marquants de sa vie.
ϟ Miroir du Rised : Une vie simple, dans une maison coquette dans la campagne française, sans problème. Un désir simple mais ô combien difficile à atteindre.
ϟ Feat : Francisco Lachowksi (my babe)
ϟ Crédits : Lilou53
Infos pratiques
Ces questions nous servirons à mieux comprendre votre personnage. Vos réponses doivent faire 50 mots au minimum. Pour vous aider, n'hésitez pas à aller lire la chronologie.

1. Que pense votre personnage de la coalition entre Poudlard / Beauxbâtons / Durmstrang ? Frédéric lui-même n'en pense pas grand-chose. Il s'efforce juste de partager l'avis que son père a sur la question : oui, c'est une bonne chose, mieux que rien évidemment, mais de là à dire que cette fameuse coalition aura un impact décisif dans la lutte contre les forces des ténèbres, cela reste à voir. Personne n'a encore le recul nécessaire pour prophétiser la réussite ou l'échec du système.

2. Poudlard est-il toujours pour vous "l'endroit le plus sûr de toute la Grande-Bretagne" ? Quel endroit, en Grande-Bretagne qui plus est, peut encore se targuer d'être "le plus sûr" ? Poudlard a certes des défenses et un cadre plus propices à le rendre sécurisé, mais Frédéric se sentirait bien plus à l'aise dans sa France natale - et encore, il regrette qu'elle ne soit pas complètement repliée sur elle-même. Ainsi, il aurait eu la totale impression que la menace était lointaine et donc quasiment inexistante.

3. Quel sont les plans de votre personnage quant à son futur ? A-t-il une vocation, ou souhaite-t-il attendre de voir où Merlin l'emmènera ? Frédéric n'a pas de plan d'avenir personnel. Il fera ce que son père aura jugé bon qu'il fasse, c'est-à-dire sûrement travailler au Ministère, ou dans la paperasse importante. Son père ne l'a encore jamais vraiment formulé à haute voix, mais Frédéric voit de loin l'affaire venir. Pour éviter d'en souffrir, il ne pense pas à ses envies, ni au domaine dans lequel il pourrait se développer et s'épanouir. Il aspire, quitte à ne pouvoir réaliser aucun projet personnel, à ne pas pâtir de la situation en renonçant à ses rêves. Par conséquent, il n'en fait aucun.

Pour les élèves qui reviennent d'un échange, que ce soit à Beauxbâtons ou Durmstrang :
Qu'a-t-il pensé de son expérience dans l'école où il a été reçu au cours de l'année précédente ? Ce fut un cauchemar épouvantable. Ce qui se déroula à Durmstrang, Frédéric ne l'a dit à personne, et lui-même ne se souvient pas réellement de cette mésaventure (joli petit euphémisme), un sortilège d'amnésie lui ayant été promulgué pour "qu'il oublie l'emplacement de l'école", d'après le prétexte officiel. Cependant, les dommages psychiques demeuraient. La chose fut néanmoins suffisamment grave pour que le Français tente de mettre fin à ses jours, désabusé et à bout de tout, tant moralement que physiquement. Son plan fut contrecarré, Frédéric fut rapatrié en ayant la ferme intention de ne plus jamais quitter la France. C'était son compter sur son père qui entra en négociation avec de grosses têtes pour redonner une opportunité à son fils de vivre une année à l'étranger, quitte à redoubler sa septième. Au désespoir de Frédéric, il eut gain de cause et fut envoyé à Poudlard.

Pour les élèves issu de l'une des deux délégations :
Pourquoi votre personnage a-t-il décidé de faire partie de la délégation que son école envoyait vers Poudlard ? Qu'est-ce qui a motivé son choix à partir, et qu'attend-il de cette année à Poudlard ? C'est son père qui a insisté pour qu'il participe. Insister, obliger, du pareil au même. Comme d'habitude, Frédéric n'avait pu qu'accepter. Aucune motivation ne le poussait spécialement. Il aimait la France, s'accommodait fort bien de son école de magie, mais n'avait jamais pu lutter contre l'autorité paternelle. Il n'avait aucune attente particulière par rapport à ce voyage, il pensait juste à se faire discret, suivre les cours de manière habituelle et espérer que le temps passe vite. Par conséquent, il avait bien travaillé, avec encore plus d'acharnement que jamais, avait été sélectionné pour rejoindre l'école de Durmstrang, la délégation pour Poudlard étant déjà complète. Il s'envola donc pour le Grand Nord... dans un premier temps du moins - voir supra.
Survole l'image pour en savoir plus
Anecdotes

Il appartenait à la maison Beaufort, celle qui regroupaient le plus d'élèves, et par conséquent les plus insignifiants et les moins particuliers. Il s'y attendait, il n'en a pas donc pas été déçu - au contraire de son père qui aurait apprécié le voir Angevin comme lui-même. ◊ Il avait de bons résultats, voire très bons, mais n'a jamais éprouvé un réel sentiment d'excitation particulier pour la plupart de ses cours. Il ne les subissait pas pour autant, il était plutôt résigné et les suivait sans broncher. ◊ Frédéric a toujours été comme cela : accepter ce qui lui arrivait sans faire de vague ni se plaindre. Du stoïcisme en quelque sorte. Son père lui disait qu'il n'aimait pas les pleurnichards, et que les personnes de ce type ne faisaient jamais rien de grand. ◊ Très docile, il n'a jamais remis la parole de son père en doute, même lors de son adolescence. Pour être exact, il n'a pas eu de réelle crise d'adolescence, avec une revendication de liberté et un sentiment d'incompréhension - ou du moins, s'il a ressenti pareils sentiments, il les a profondément intériorisé. ◊ Sans pour autant être extraverti, il est extrêmement sympathique une fois que la glace semble être brisée entre un inconnu et lui. Il a énormément de mal à faire le premier pas ou à commencer une discussion. Cependant, une fois que la personne a cessé de lui être étrangère, sans pour autant lui accorder son entière et absolue confiance ou à la considérer comme une amie, il a un mal terrible à lui dire non. ◊ Sa première manifestation magique n'était liée ni à la tristesse, ni à la colère. Ca s'était produit, incidemment et sans raison apparente. Il avait ainsi fêlé un miroir mais ce qui l'avait le plus marqué était que, malgré cette détériorisation, il ne fut pas puni. ◊ Il a l'air de quelqu'un de blasé, n'éprouvant d'enthousiasme pour rien et n'ayant aucune passion. Il a conscience de ça et essaie de donner une image un peu plus vive de lui. Ainsi, il s'essaie à diverses activités, même si ces lubies ne durent jamais bien longtemps. Il a l'impression de ne rien avoir vécu - et en réalité c'est plutôt la vérité. Il essaie de s'émanciper un maximum dans cette dernière année, mais les événements dans la précédente, en plus du carcan de son éducation ne l'aident pas beaucoup. ◊ Il est 90% du temps angoissé, stressé, inquiet, anxieux, perplexe. Et ce par rapport à tout : envers lui-même, ses potentielles erreurs, envers les autres, leur possible jugement. Il prend des potions tranquillisantes à petites doses (doses augmentées depuis ses semaines passées à son rétablissement). Il devrait bientôt arrêter, mais il ne le peut. Il a l'impression de ne dormir bien que grâce à ça. ◊ Il a une tendance à la mélancolie, et se dit que c'était mieux avant, quand il n'avait pas encore à se soucier d'un tas de problèmes. La vérité c'est qu'il ne se souvient guère en détails de son enfance et s'en fait une projection idéalisée. Très jeune il était déjà fort accablé par tout et par rien. ◊ Il a toujours eu quelques soucis de mémoire défaillante, qui ne font que s'amplifier depuis l'année passée. On lui a dit que ce n'était que passager... ◊ Pleurer lui fait mal. Il a donc mal souvent.

Derrière l'écran

ϟ Pseudo ou Prénom : Jumanji / In Case
ϟ Âge : 19 ans (je ne veux pas en avoir 20 ) JE SUIS TELLEMENT LENT SUR CETTE FICHE QUE J'AI 20 ANS DESORMAIS  affraid
ϟ Double compte ? NO.  
ϟ Comment avez-vous découvert le forum ? Longue histoire What a Face
ϟ Vos premières impressions ? Cute as fuck
ϟ Autre chose ? J'suis célib

fiche by laxy
[/b][/b]


Dernière édition par Frédéric Aubier le Mer 20 Juil - 11:06, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Beauxbâtons
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : (c)InCase
Points : 0
Hiboux : 13


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Sam 6 Fév - 15:16


Il était une fois ...

Run and hide, it's gonna be bad tonight, Cause here comes your devil side, It's gonna ruin me. It's almost like, slow motion suicide Watching your devil sid, get between you and me.
Je ne me souviens pas, comme prévu. Mais je me souviens que je ne me souviens pas, j'ai conscience de ce trou noir  dans ma mémoire, comme une perforation au centre d'un papier au-dessus d'une bougie. Le vide, puis les bords calcinés, et enfin la feuille intacte. C'est pareil pour ma mémoire : rien, puis quelques bribes, et ensuite tout est intact. C'est frustrant, quand quelque chose vous manque, vous y accordez plus d'attention que ce que vous avez, alors que vous pourrez vous en satisfaire.

J'ai décidé d'écrire un peu tout ce que je savais de mon histoire, du début jusqu'à maintenant - dans les grandes lignes du moins, juste pour voir si tout est intact et pour vérifier si, dans la foulée, les souvenirs ne reviendront pas. Ils ne reviendront pas, c'est certain, le sortilège d'Amnésie fait toujours son job, mais je ne perds rien à essayer.

Je ne me rappelle pas grand-chose de mes premières années, comme tout le monde je pense. Mes seules réminiscences de cette époque sont dûs à des photos et aux souvenirs que j'ai fabriqué autour de ça, ou se limitent à quelques épisodes sans intérêt qui se sont gravés dans ma mémoire sans raison apparente.
Je n'ai jamais eu à me plaindre - et tacitement j'avais compris que je n'en avais pas le droit. Je n'ai jamais eu de caprice d'enfant et, très tôt, j'avais appris à ne pas me mettre déraisonnablement en avant par des cris et des larmes. Il y avait un certain paradoxe dans mon éducation : alors que mon père attendait de moi que je m'impose dans le futur comme l'un des meilleurs, il me gavait de bonnes manières. Laisse les autres enfants passer avant toi, ne te fais pas entendre, ne fais rien qui pourrait te causer des problèmes. Les rares fois où j'avais commis une bévue, j'avais été sévèrement puni. Solution radicale : je n'avais plus jamais moufté après ça, et j'avais tendance à m'inquiéter pour tout, par peur de faire un pas de travers.
Je n'ai jamais su dire si mon père m'aimait. Il voulait le meilleur pour moi et me permettait de mener une vie franchement facile, mais il n'a jamais été très démonstratif envers moi et avait plutôt la main lourde lorsqu'il s'agissait de me réprimander. C'était sûrement dans son tempérament, une fierté masculine de ne pas ouvrir son coeur. Je ne l'avais jamais vu avec ma mère, et n'ai donc jamais pu comparer son comportement avec elle, ou même remarquer un changement dans son caractère après son départ.
Ma mère est partie. Ou morte. Nous n'en parlons jamais, mais je suis persuadé que nous pensons tous les deux qu'elle est toujours quelque part loin de nous, et que nous l'imaginons avec un mari et des enfants qu'elle aimerait plus que nous. J'étais fort jeune quand elle est partie. Mon père était rentré du travail et avait trouvé la maison vide. Elle n'avait même pas laissé un mot sur la table de la salle à manger, comme elle le faisait parfois lorsqu'elle s'absentait à l'improviste. Mon père a cru qu'elle m'avait pris avec elle, mais il m'a trouvé plus tard en train de faire la sieste, soigneusement bordé dans mon lit. Elle ne me manque pas, je ne la regrette pas vraiment. Bien sûr je suis curieux de voir comment ma vie aurait pu être avec deux parents, mais quelqu'un qui disparait comme un spectre, dans un coup de vent, n'est sûrement pas un individu qui mérite qu'on s'appesantisse sur lui.

A la suite de ça, il y a eu les années Beauxbâtons. Enfin, après la première manifestation de mes pouvoirs, peut-être la seule fois où j'ai détruis quelque chose sans m'en tirer avec de grosses claques. J'aurais eu tendance à croire que ma scolarité serait synonyme de liberté, par rapport à l'emprise de mon père dont la tendance à dicter ma vie n'avait fait que s'accroître au fil des années, mais ça n'a pas été le cas. J'étais trop conditionné et les manières que j'avais apprises ne pouvaient s'effacer tant elles étaient gravées en moi. Je n'avais pas le fun en moi, je n'osais jamais faire un écart et connaissais tellement le sacro-saint règlement sur le bout des doigts qu'il m'était impossible d'y déroger volontairement. Heureusement, dans une école comme celle-ci, il y a toujours bien l'une ou l'autre personne qui vous ressemble suffisamment pour devenir votre ami, et je ne fus ni un bouc émissaire ni un solitaire. Juste un coincé, pas populaire pour un sou. J'aurais pu le devenir, les propositions de soirées n'ont jamais manqué ("j'avais l'air cool" était un prétexte récurrent), mais il s'agissait soit d'y aller sans amis (qui n'étaient pas invités), soit d'enfreindre l'une ou l'autre règle, possibilité qui me paralysait de suite. J'acceptais les invitations mais ne me présentais jamais sur les lieux de la fête, puis j'inventais une excuse pour ne pas avoir l'air grossier. Un retard sur un devoir, généralement. Pas original mais efficace.

Je n'ai donc pas eu une vie exaltante jusque là, et ça a continué dans cette platitude pendant encore quelques années. Puis, il y a eu cette histoire de délégation. D'emblée, je ne voulais pas y aller. Tous les populaires voulaient en faire partie, et par conséquent je pensais ne pas y avoir ma place. Puis, j'aimais bien la France, elle me suffisait amplement. Mais c'était sans compter sur mon père. Cela correspondait parfaitement à son envie de me voir prendre part à tout ce qui impliquait une élite. J'aurais pu rater, poser ma candidature mais sans réelle volonté et faire en sorte que ça ne fonctionne pas, mais la pression paternelle était telle - elle avait toujours été extrêmement lourde - que je ne pouvais pas décevoir mon père et déroger à ses envies.
J'ai donc fini par être pris, plus heureux d'éviter les critiques de mon père (je n'étais plus vraiment en âge de recevoir des fessées de sa part, il avait donc pris le parti d'utiliser les mots pour me faire culpabiliser ou me confronter à mes instants de médiocrité) que de partir.

J'ai choisi Durmstrang par dépit. J'avais l'impression que tout le monde, notamment les personnes que je ne voulait pas côtoyer pendant un an, allait se précipiter sur Poudlard, à cause du charme à l'anglaise et de la météo plus commode que celle du Grand Nord. Je pensais aussi que partir à l'autre bout du globe, le plus loin possible de mon père, suffirait à briser les liens. L'Angleterre était trop proche encore, selon moi. Mais malgré cela, j'aurais préféré ne pas partir du tout, persuadé que la distance ne changerait rien du tout.

Je me souviens être parti, je me souviens de l'angoisse de la veille (je n'avais pas réussi à dormir), de l'anxiété à mon arrivée - de manière très vague d'ailleurs.  
Puis, c'est flou. Il me reste quelques images, bien sûr : des lieux, des visages, de paroles entendues. Mais tout est baigné dans une sorte de brouillard, comme si je voyais cela à travers une lentille sale. Peut-être qu'avec un peu d'effort et de persévérance, j'arriverais à remettre tout ça au clair.
J'essaie de me remémorer du dernier jour passé à Durmstrang. Je n'ai même pas l'impression d'être reparti chez moi. Je ne me visualise pas en train de faire mes bagages, ou quoi que ce soit.
Mon dernier souvenir est difficile à approcher, dans la mesure où les jours avaient plutôt tendance à se ressembler - d'après ce dont je me souviens : manger, étudier, se laver. Toujours pareil.

Je sais que mon séjour a pris fin prématurément. Un simple calendrier m'en a averti. Sans savoir pourquoi, je m'étais retrouvé chez moi, à quelques mois des examens de fin d'année, sans savoir pourquoi je n'étais plus en Russie. Il ne me restait pas grand chose des choses que j'avais apprises à Durmstrang, mes notes et autres traces d'apprentissage étant introuvables.
Cela fait trois semaines que je suis alité maintenant. Traumatisme. C'est le mot que j'ai entendu prononcer mon père lors de la visite d'une tante. Je n'ai jamais su à quoi rattacher ce mot, à quoi il était dû. J'ai essayé de joindre quelqu'un de la délégation pour qu'il éclaircisse ma situation, mais je ne pense pas qu'un hibou puisse faire autant de chemin aller-retour. Et je soupçonne mon père de surveiller ce qui entre et sort de la maison. Il avait veillé à ce que les tiroirs de ma chambre soient vidés, de peur que j'y trouve des ciseaux et passent mon temps à faire couler mon sang. Ca se fait plus souvent qu'on ne le pense apparemment, lorsque des gens sont dans mon cas - quel cas ? je ne le savais même pas réellement. Je subissais les effets d'un choc sans rien savoir de ce dernier. Je vais mieux maintenant, mais les premiers jours furent les pires. J'avais mal partout, sans savoir pourquoi. Comme si j'avais pratiqué pendant une journée entière tous les sports en même temps sans m'échauffer. Ma respiration sifflait et je passais mon temps à pleurer, ce qui n'arrangeait pas la chose. Mon père ne se montra pas plus affectueux que par le passé, et je pensais qu'il était sûrement déçu de mon retour précoce, qu'il voyait comme un échec. J'ai revu cet avis depuis, et je me dis qu'il était sûrement aussi chamboulé que moi de mon état, surtout que lui devait en connaître la cause.

Comme je l'ai dit, je vais mieux. Mon père m'a dit que ça n'irait qu'en s'améliorant et que pour me changer les idées, il allait essayer de m'envoyer à Londres, histoire que je parte quand même à l'étranger (je dois de toute façon recommencer mon année). Comme si j'en avais envie et que c'était mon souhait le plus cher en ce moment... Son désir à lui, par contre, n'était en rien remis en question à cause de ma "mésaventure" nordique.

...Avec un peu de chance, ce me sera refusé.



fiche by laxy

ω





Deeper and deeper
Harder and harder
Darker and darker
©Alaska


Dernière édition par Frédéric Aubier le Mer 13 Juil - 23:53, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiant ϟ Indifférent
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Schizophrenic.
Points : 2
Hiboux : 492
Multi-compte(s) : Remus J. Lupin & I. Zéphyr Aït-Malek
Métier : Etudiant à Sainte-Mangouste
Age : 19


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Sam 6 Fév - 15:40

"Long Story" comme tu dis cute coeur Bon courage my darling pour cette nouvelle fiche, je suis trop pressée de voir ce que cet Edouard va donner crazy

PS : après le t à Édouard, nous avons un t à Delacour sous l'avatar ange

ω



Georgiado
« Moi je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre jusqu'après ma mort pour couvrir ton corps d'or et de lumière. Je ferai un domaine où l'amour sera roi, où l'amour sera loi, où tu seras reine. Ne me quitte pas » Jacques Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Beauxbâtons
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : (c)InCase
Points : 0
Hiboux : 13


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Sam 6 Fév - 15:48

Han comme je crains trop tombe
J'ai fait l'amalgame avec les Editions Delcourt, ça m'a perturbé Arrow

Merci petit chat

ω





Deeper and deeper
Harder and harder
Darker and darker
©Alaska
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Haziel (aesthetic) ; Liloo_59 (avatar)
Points : 2
Hiboux : 317
Multi-compte(s) : Sirius O. Black
Club : Canards sauvages ; Chaussettes solitaires ; Buveurs de Bierraubeurre ;

Métier : Relayeuse d'informations à Poudlard
Particularité : A explosé le record de timeout (x22)


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Sam 6 Fév - 22:01

Il nous a pris Edouard licorne  licorne  
J'ai hâte de voir ce que ta fiche va donner, il est génial ce petit gars !
Oh et j'aime ton icone ptdr

ω



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Batteur
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Nymeria (avatar), Aesthetic (tumblr refuse de donner l'auteur)
Points : 9
Hiboux : 240
Multi-compte(s) : Mary MacDonald
Club : Maraudeurs

Métier : Maraudeur à plein temps.
Particularité : Animagus


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Mar 19 Juil - 22:20

Ta fiche est top coeur
Je suis fan de ce p'tit gars !

Il manque juste le nom des deux maisons dans lequel tu le verrais bien à Poudlard pour qu'on te valide et que tu puisses enfin jouer avec red

ω



We’re Marauders. We break noses and accept consequences. ▵

©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Hollow Bastion
Points : 4
Hiboux : 427


MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   Mer 20 Juil - 11:00

Le Choixpeau Magique


ϟ Maintenant que tu es validé(e), tu vas pouvoir passer faire un tour par les bottins pour référencer ton personnage. D'abord, réserve lui sa tête en passant par le bottin des avatars. Mais référence aussi ses capacités magiques dans le bottin des patronus et des capacités spéciales au besoin.
Ton personnage, maintenant entré à Poudlard, va pouvoir s'y investir ; tu as la possibilité de l'inscrire aux essais pour l'équipe de Quidditch, ou alors, tu peux demander à Dumbledore de le nommer en tant que préfet
Si c'est ton deuxième personnage - ou plus, petit coquin ! - va donc t'inscrire dans le bottin des multicomptes.

ϟ Puis, tu vas pouvoir lui construire une fiche de lien et de RP dans ce sous-forum, tu vas aller lui acheter un hibou que tu vas ranger par ici et que tu vas aller référencer dans ce sujet. Libre à toi aussi de publier son journal intime dans cette sous-partie

ϟ Une fois toutes ces étapes passées, tu peux -enfin- aller RP ! Tu peux évidemment aussi aller flooder, en tout cas, va nous démontrer par des montagnes d'écrits combien tu aimes ton nouveau personnage ♥ Amuse-toi bien sur Fizwizbiz ♥

Qui suis-je ?
Ton personnage s'assoit sur le tabouret en bois, devant toute la grande salle, après avoir été appelé par le Professeur McGonagall qui pose maintenant le Choixpeau Magique sur sa tête ...

« Vous êtes bien plus original que vous ne semblez le croire. On ne croise pas de profil comme le vôtre tous les jours, jeune homme, vous savez. Peut-être vous en rendrez-vous compte cette année, qui sait ! Je vous confie aux bons soins de la maison POUFSOUFFLE ! Vous y trouverez, je l'espère, une nouvelle famille. »
Survole l'image pour en savoir plus


fiche by laxy, avatar par Hollow Bastion
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.forumactif.be
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Every time I close my eyes it's like a dark paradise ∆ F.A.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Every time I close my eyes it's like a dark paradise
» ✣ EVERY TIME I CLOSE MY EYES, IT'S LIKE A DARK PARADISE.
» Everytime I close my eyes, it's like a dark paradise. ₪ 2 fév, 20h50
» when i close my eyes, it's like a dark paradise ▽ Cassiopée | Terminée
» Come together ▽ 23/05 | 17h20

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Gestion de votre personnage :: Galerie des portraits :: Fiches validées-