Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Evangeline&Adonis || « L'excès de sommeil fatigue »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Etudiant ϟ Indifférent
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Schizophrenic.
Points : 2
Hiboux : 493
Multi-compte(s) : Remus J. Lupin & I. Zéphyr Aït-Malek
Métier : Etudiant à Sainte-Mangouste
Age : 19


MessageSujet: Evangeline&Adonis || « L'excès de sommeil fatigue »   Mar 6 Sep - 22:52



« L'excès de sommeil fatigue »
Evangeline & Adonis
Adonis avait passé la semaine sur le Service d’empoisonnement par potions et plantes, à la tête duquel trônait la médicomage Evangéline Roberts. Le cas qui les avait occupés ces deux derniers jours étaient assez impressionnant. Un homme était arrivé, forcé par sa femme à se présenter à l’hôpital après avoir passé plus de trois mois à voir grandir dans sa jambe une plante magique connue pour se développer au mieux sous la peau humaine. S’il avait d’abord été envoyé dans un autre service, il avait finalement été décidé qu’il aurait plus sa place au Service d’Empoisonnement vu les douleurs, fièvres et hallucinations que lui donnait la sève de cette plante qui coulait maintenant dans son propre sang. Il avait d’abord fallu couper la plante à la racine pour ensuite, à partir de celle-ci, établir l’antidote au poison qu’elle avait créé, spécifique à chaque cas puisque mélangé au sang du patient. Autant dire que les stagiaires du service avaient passé la nuit à surveiller des potions qui devaient mijoter toute la nuit et qui puaient la mort pendant que les médicomage avaient la chance de rentrer chez eux pour rattraper quelques heures de sommeil. Si Adonis se félicitait de ses capacités en potion et en botanique qu’il n’avait apparemment pas perdues, ce n’était pas tant parce que son équipe et lui-même – de jeunes novices – étaient parvenus à concocter l’antidote parfait, mais plutôt parce qu’il avait assemblé avec les ingrédients qu’il avait sous la main la parfaite potion contre le sommeil qui leur avait permis de rester debout toute la nuit. Ces huit heures enfermés dans cette petite pièce mal aérée de Sainte-Mangouste avait permis aux jeunes internes de créer entre eux de nouveaux liens, ils avaient ri beaucoup et s’étaient raconté – un peu – leur vie. Le lendemain matin, ils avaient présenté, tout sourire, leur antidote à la Mage Roberts qui, très satisfaite de leur travail, s’en était servie pour soigner, sous leurs yeux ébahis et leurs plumes qui grattaient leurs petits calepins de notes, l’empoisonnement du patient. Après quelques autres sortilèges lancés qu’Adonis avait pris le soin de noter comme il les comprenait pour ensuite aller rechercher leur fonction à la bibliothèque, il avait été établi que l’homme ne courait plus de risques, mais qu’il devrait rester à l’hôpital encore quelques jours pour se reposer. C’est avec réticence qu’il avait accepté, probablement forcé par le regard inquisiteur de son épouse qui n’avait pas l’air décidée à supporter encore un autre de ses caprices.

Toute l’équipe qui avait travaillé sur ce cas s’était alors déplacée jusqu’à la cafétéria professionnelle pour déjeuner avant de rentrer chez eux se reposer. Adonis s’était assis à une table avec trois autres stagiaires dont une qui avait été attribuée à un autre service et qui leur avait raconté comment elle avait enlevé un croc de dragon du coup d’un patient alors que les paupières d’Adonis se faisaient de plus en plus lourdes. La potion ne semblait plus vouloir faire effet, et ce n’était pas seulement d’une nuit blanche dont le français souffrait. Il vivait depuis deux mois à un rythme intensif où il enchaînait les gardes de plus de quarante heures sans s’arrêter, et apparemment, ce fut à ce moment que son corps décida de lâcher. Sans véritablement s’en rendre compte il poussa son plateau pour poser ses deux bras sur la table et caler sa tête dessus alors que ses camarades discutaient encore de leurs folles aventures sans vraiment faire attention à lui. Ce n’est que quand ils eurent fini de manger qu’ils réalisèrent qu’il était profondément endormi ; ils n’eurent pas leur cœur de le réveiller en tentant de le déplacer jusqu’à la salle de repos à l’aide d’un sortilège de Lévitation qu’ils rateraient forcément parce que – soyons honnêtes – ils étaient au moins aussi fatigués que lui.

Adonis dormit une petite heure, mais quand il rouvrit les yeux, il eut l’impression que toute la fatigue du monde s’était posée sur ses épaules. Il avait mal partout, son cou était endolori et il devait certainement avoir la trace de sa blouse sur toute la joue gauche, pour parfaire le tout. Il se réveilla en sursaut après avoir entendu un bruit qu’il ne sut déterminer, et le rouge lui monta au visage quasiment immédiatement après qu’il se soit rendu compte de ce qu’il venait de lui arriver. S’il n’en voulu pas à ses amis de l’avoir abandonné en terrain hostile dans une telle position de faiblesse, il s’en voulu à lui d’avoir justement fait preuve d’une telle faiblesse. Engourdi et épuisé, il tenta de se lever de sa chaise avant de s’y laisser retomber dans un grand fracas, la tête qui tournait tant ce réveil avait été brusque. Il lui fallut quelques secondes pour se rendre compte que quelqu’un mangeait à la table derrière lui, alors qu’il s’était cru seul jusqu’à présent. A nouveau, ses joues lui brûlaient, honteux que quelqu’un ait pu le voir dans un état pareil ; pire encore, il se retourna pour identifier le voyeur qui se retrouva être Evangeline Roberts, la femme à la tête du service sur lequel il travaillait jusqu’à la fin de semaine. Son regard retomba sur ses pieds alors qu’il ne savait plus où se mettre, trop gêné d’abord pour dire quoi que ce soit. Puis, bafouillant plus qu’autre chose, il essaya tout de même :

« Madame, je … Je suis vraiment désolé, je ne sais pas ce qu’il m’a pris … je … Je suis vraiment fatigué, c’est tout, mais je vais me reprendre, excusez-moi… »

Codage par Emi Burton

ω



Georgiado
« Moi je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre jusqu'après ma mort pour couvrir ton corps d'or et de lumière. Je ferai un domaine où l'amour sera roi, où l'amour sera loi, où tu seras reine. Ne me quitte pas » Jacques Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Evangeline&Adonis || « L'excès de sommeil fatigue »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mouchoirs Hypoallergéniques. [SOMA, KIARA, EVANGELINE]
» La nature en sommeil... [pv Hypnos]
» Avec la crème il faut toujours se permettre un peu d'excès [pv Zach]
» Arrived at Mahora ! { Evangeline Mac. Dowell }
» Evangeline AK McDowell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Pensine :: Archives de vos RPs-