Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Ton utilité est mon intérêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ton utilité est mon intérêt   Lun 8 Aoû - 18:04



« A trop jouer les grandes dames, on finit toujours les pieds dans la merde »

Si cet épisode ne sera jamais raconter dans les anales ou l'histoire de la magie, ça n'empêchera pas mon amour propre de s'en souvenir et mes impulsions, risquer de te desservir. Il est bon dans ce cas là que tu ais une utilité ou sinon la mort ne pourrait être que ton ultime alternative.




[Hors Jeu : j'ai mis en gras tous les défis du mois  clown ]

Agenouillée face au Lord, il me releva en attrapant ma main. Après autant d’années de service, il se plut à encore avoir autant d’attention avant de pouvoir me relever et m’expliquer ses nouveaux plans. En effet, pour parfaire sa domination, il était tenté de pouvoir avoir l’obéissance d’un dragon au niveau de celle d’un elfe de maison. D’abord surprise, il me confia le projet de lui procurer un tel dragon, peu importait le temps que ça me prendrait. J’étais en charge de tester Zane Svetlana Ozoliņš et étant sa plus fidèle servante, il me faisait entièrement – c’était un grand mot mais l’idée y était – confiance pour relever ce défi. Honorée d’une telle demande, je m’étais pliée avant de disparaître avec ce sourire caractéristique dont seul lui avait le don de faire naître sur mon visage. C’est ainsi que j’avais entrepris de prendre contact avec Zane ou Svetlana ou Ozolitrucmachinchouettequ’est-cequ’onaàfairedesonnomsérieusement pour vérifier selon la volonté de mon maître où elle en était avec sa dévotion mais surtout me servir d’elle pour obtenir un dragon docile. Je n’étais pas idiote et je savais que l’opération allait être difficile voir carrément dangereuse mais je n’allais pas en parler à mon époux et donc quelle importance ? Tout ce que je voyais était le contentement de mon maître et pour cela j’étais prête à user de tous les moyens – même celui de torturer Svetlana s’il le fallait – pour lui dégotter le dragon parfait.
Ainsi débuta un échange de lettres ennuyeuses où je proposai finalement à cette demoiselle de lui rendre visite. J’espérai alors profiter de ce moment pour faire une pierre trois coups : obtenir un dragon, son consentement au mariage et enfin une marque méritée. Allez Bellatrix, ce n’est qu’un petit défi, tu en as vu d’autres. Ainsi je me rendis en Ecosse après accord de cette dernière. Je me retrouvai ainsi dans un coin complètement perdu avec pour paysage une vaste pleine verte, des champs, du vent, de la pluie et surtout un troupeau de moutons et un berger. Je n’avais encore jamais été dans le coin pour des raisons diverses et la première pour le manque sérieux de structure digne de ma condition, en d’autres termes : loin de toute la bouse dans laquelle je venais de me retrouver…
Les pieds donc dans la bouillasse, la pluie au-dessus de la tête, je pestai de voir un berger dans les environs, m’empêchant d’user de magie pour m’éviter un tel endroit. Je fus alors tentée de tuer cet homme pour se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment mais je me rappelai comment Rabastan s’était retrouvé à Azkaban et même si cela m’éviterait très franchement de passer par la case « bébé » tant attendu par mon très « cher » époux, je préférai éviter d’en arriver là. Le comble fut alors cet homme qui arriva vers moi, surpris de ma présence dans l’herbe avec des talons et en robe. Certes je n’étais vraiment pas à ma place, le talon s’enfonçant en plus dans la terre boueuse. Allez Lestrange ! Aucun découragement ! Tu étrangleras cette pimbêche d’avoir eu l’idée de mettre ses dragons dans un tel endroit paumé ! Une seule chose donc devait compter : c’est que la récolte soit bonne et que les vaches soient bien gardées, soit les bébés dragons qui deviendront une arme pour le Lord. Ainsi nous disions : le berger s’approcha et eut l’idée de dire :
« Eh ben alors ma p’tite dame ! Que faites-vous ici ? Non pas qu’une telle plante ne devrait être arrosé mais vous allez attraper un magnifique rhume !
- Manant, où suis-je ?! m’agaçai-je.
- Ecosse… Si c’est la plage que vous cherchez, vous en êtes loin ! Ici ce n’est pas Saint-Tropez même si je vous avouerai qu’un peu de vacances ne ferait pas d’mal à un gars comme moi ! Vous savez, un transat, un pastis et de jolies filles…  Enfin j’dis ça mais toutes les filles sont belles à croquer et… »
Il continua ainsi sous mon regard perdu. De quoi parlait-il ? C’est quoi le pastis ? Et quelle dégoûtante idée de voir cet homme devenir familier ! J’étais presque certaine qu’il n’avait compris ma première remarque. L’appeler bouseux aurait été plus rapide mais il s’avérait qu’un moldu était peut-être la seule chance de me sortir de ma situation. Quelle puanteur d’autant plus ! Il sentait la bête autant que ses chiens qui arrivèrent finalement bien rapidement et me sautèrent dessus avant que je n’ai le temps de dégainer ma baguette, me faisant tomber sur le sol et bien évidemment de nouveau dans la boue. Celui-ci ria légèrement en s’excusant de la spontanéité de ses clébards. Et moi qui avais appris le dicton par cœur comme quoi il fallait souvent aboyer,  parfois mordre mais toujours se faire craindre me voilà dans la saleté, presque souillée, du moins physiquement, quoi que surtout dans mon amour propre. Et alors que je commençais à bouillonner – je ne tiendrais certainement pas longtemps – l’homme se baissa pour me soulever sans mon accord, faisant tomber ma baguette dans la boue.
Comment cette situation se termina ? J’arrivai sur les lieux, lavée tout de même grâce à la pluie mais trempée jusqu’aux os. Une fois devant la porte de la dite « chaumière » où je devais la rejoindre près du camp de dragon, j’étais dans un état mental dangereux bien avancé alors que serrant ma baguette fermement, vous vous douterez bien que je ne m’étais pas contentée de tuer cet homme, je l’avais tout simplement lui, ses bêtes et ses chiens, rendus de cendre non sans une douleur puissante et aigu l’amenant très rapidement à me supplier d’en finir. Cette histoire, je la garderai certainement pour moi mais j’allais tout de même passer mes nerfs sur Ozotrucquivaprendretrèscherdenepasavoirétésufisamentprécisedanssalocalisation. Elle ouvrit donc et de ma baguette, je la pointai en la désarmant avant de la faire reculer sous la menace. Tenant sa baguette à elle, nous étions seules dans la chaumière que je refermai par magie. Je me rappelai alors ma mission, or cette fille morte, je ne pourrai contenter le maître. C’est certainement ce qui lui sauva la vie alors que d’un élan de colère, je fis exploser la première chose qui passa à côté de Ozotruc : un vase simple et décoratif. Je respirai alors profondément avant de dire calmement et pourtant de façon menaçante :
« La prochaine fois que tu n’es pas plus précise dans tes indications, tu prendras la place de ce vase. »
J’étais très sérieuse. Un peu plus et j’aurai surement perdu le contrôle de moi-même. Je m’assis ainsi sur un fauteuil avant de lui dire sèchement :
« Trouve moi un fond de Whisky Pur-Feu… »
Aussi surprenant de ma part cela puisse être, il valait mieux prendre un bon alcool fort et le laisser passer par là où ça fait du bien plutôt que de finir par égorger cette pauvre fille. Je n’étais pas adepte de la tuerie dans le sang mais par énervement, je pouvais en être capable. Après tout j’avais égorgé un lapin à mes cinq ans même s’il s’agissait d’un ordre de mon père pour ne pas être une faible, alors qui sait ce que je pourrai être capable aujourd’hui !
« … j'ai l'impression que je couve un rhume. » dis-je las en gardant sa baguette avec moi.
Sait-on jamais… Cette fille n’aurait peut-être pas l’audace de m’attaquer après une telle menace de ma part mais la folie pouvait atteindre au mauvais moment et quand je m’y attendais le moins. De plus, elle devait surement commencer à prendre ses aises et même si elle avait l’habitude de ce genre d’attitude avec moi, sait-on jamais… Après tout on copine avec les supérieurs ? On se tape sur le ventre ? On se prend pour des guérilleros ? Et après quoi ? On tente de riposter face à ses lieutenants ? Et puis quoi encore ? Restons donc sur nos gardes. J’attendais alors sérieusement mon whisky. C’est alors que les vacances imaginées par le berger me revinrent à l’esprit. Très franchement, je ne connaissais pas Saint-Tropez mais aux dires de ce dernier par l’évocation d’une plage, je supposais le soleil et le beau temps. J’avouerai pour une fois aimer me trouver à cet endroit précis sans avoir à gérer une fille que je ne connaissais que depuis un an et qui ne serait certes pas mon premier choix si je devais emmener quelqu’un là-bas. D’ailleurs, je crois que je n’emmènerai tout simplement personne. Non sans rire, quitte à partir, autant partir loin de tous ! Pour moi de véritable vacances, quitte à profiter du soleil, serait de le faire sans la pression d'un héritier et juste qu'on me foute la paix. Mais ce n'était pas prêt d'arriver... De toute façon j'étais incapable de partir et laisser ma place ainsi auprès du lord en vacance pour le moindre imbécile qui se croirait supérieur à moi. Bon… Il vient ce whisky ou je dois me déplacer moi-même et finir de me mettre dans un état de fureur jamais atteint depuis très longtemps ?

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Dragonnière ϟ Sympathisante
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Loupiotre
Points : 0
Hiboux : 115
Métier : Soigneuse de Dragons
Particularité : Enlacée par une douce folie


MessageSujet: Re: Ton utilité est mon intérêt   Ven 19 Aoû - 0:12



« Ton utilité est mon intérêt »


Tes prunelles sombres ne cillent pas une seconde. Dans ces moments là, il ne vaut mieux pas trembler. Ta respiration se coince au creux de ta gorge. Il pleut. Tes pieds sont enfoncés dans la boue et la femelle dont tu prends soin n’a décidément pas envie que tu t’approches pour observer si sa plaie s’est bien refermée ou non. Egoïste reptile qui se fiche de savoir que c’est grâce à toi qu’il survit. Si des personnes comme toi n’avaient pas décidé d’orienter leur vie sur la voie de ces géants des airs, cela ferait bien des siècles que les sorciers les auraient exterminé. Trop instable. Trop indocile. Irrévérencieux. Dangereux. Tout ce que tu aimes. Tout ce qui te fais vibrer. Ce contact dangereux, ça éveille ta carcasse. Ta condition de petite héritière parfaite, tu la ranges. Loin. Tu l’oublies. Dans ces moments là, tu es pleine de crasse, ta vie entre les griffes d’une bête qui pourrait te terrasser d’un souffle brulant. Oui dans ces moments là, tu exultes. Tu te sens vivante. Même là alors que tu viens sûrement de te faire bruler à un degré bien trop prononcé pour n’en garder aucune cicatrice. Tu n’avais pas spécialement prévu de découvrir un oeuf au fond de l’enclos magique. La potion qui avant endormi la Magyar ne fait plus effet et te trouver proche de sa progéniture, ça ne lui plait pas. Que tu sois celle qui lui donne à manger tous les jours ou non. Lorsque les flammes tentent à nouveau de lécher ta chair tu as tout juste le temps de transplaner.

Tu atterris directement dans l’établi qui te sert de poste de soins. D’un mouvement de baguette, tu enflammes la cheminée, avant de te diriger vers un miroir. Trempée. Les vêtements te collent à la peau. Tu retires sans grande précaution ta veste. Une grimace s’étend sur les traits de ton visage. Tu fixes ton épaule. «  Maudit reptile… » Tu sors de ton observation lorsque tu entends l’arrivée discrète de Bellatrix. Tu sais que c’est elle. Tu lui as donné rendez-vous. A part personne ne vient jamais dans cet endroit si reculé de toute civilisation. La Lestrange est à tes yeux  une femme étrange. Tu oscilles entre le respect et l’envie de l’étriper de tes propres mains tant ses manières t’agacent. Pourtant elle a une situation parfaite. A l’inverse de toi, cependant, elle respecte, presque, les traditions. Tandis que tu vas pour lui ouvrir, ta baguette file d’entres tes doigts, un vase éclate et ton regard s’assombrit davantage. Ce n’est clairement pas un accueil que tu apprécies. Lestrange ou non. Formatrice ou non.  « La prochaine fois que tu n’es pas plus précise dans tes indications, tu prendras la place de ce vase. » Tes prunelles assassines observent la diva faire son entrée. Tes lippes restent closes. Pour l’instant. Tes bras se croisent sur ta poitrine. Tu en oublies ta chair à vif tant elle t’agace.
« Trouve moi un fond de Whisky Pur-Feu… » Un rire fuse. S’échappe de ta gorge. Tu vrilles tes iris aux siennes. « … j'ai l'impression que je couve un rhume. » Ton air malin ne s’échappe pas. Elle a beau être une capricieuse héritière, tu ne la hais pas complètement. Tu sais que tu ne peux pas lui faire entièrement confiance. A qui de toute façon dans ce monde sans scrupule ? On lui a confié la dur mission de te faire rentrer dans les rangs. De tester tes aptitudes à porter la marque du Lord. Elle, première main du Lord. Peut-être est-ce à cause de ta réputation qu’on lui a confié cette mission ardue…

Tu te détournes de ta démarche chaloupée pour te rendre au fond de l’établi. Tu en sors une bouteille de Vodka et deux verres. Deux shots. «  Vodka. Pur Glace. C’est ce qu’on boit chez moi. Echange de culture, ça te dérange pas ? Après tout, c’est aussi pour ça que je  ne suis pas dénuée d’intérêts. » Tu remplis les verres. Chargés. Tu n’es pas idiote. Tu sais aussi bien que Bellatrix que ce n’est pas pour ton joli minois que tu intéressés le Lord. Ton nom est un atout pour rallier l’Est à sa cause. Ton métier aussi. Même si de ce point de vue là, tu es bien plus réticente. Les dragons. Ces êtres que tu chéries. Tu n’aimes pas l’idée qu’il soit blessé pour le bon plaisir d’un homme. Qu’importe qui il est et quelles sont ses envies. Mais quelque part… vaut mieux que ce soit toi qui te charge des dragons. Tu sais qu’ils seront entre de bonnes mains. Quoi qu’ils leurs arrivent pas sa faute. Tes iris se glissent dans celles de Bella, tu attrapes ton verre pour le porter à tes lippes. «  Chez moi quand on commence un verre, on le termine. Et à chaque nouveau, on porte un toast. » Tu marques un instant de silence. «  Aux dragons. » Lentement tu portes le shot à tes lèvres et le termine d’une rasade. Tu observes Bella, voir si elle te suit ou non dans tes indications. Ces Anglais, qui ne jurent que par le Whisky… «  Pourrais-je récupérer ma baguette Bella ? Ou as-tu si peur que je te lance un Avada dès que tu auras le dos tourné ? » Tu n’attends pas forcément sa réponse et te détourne. Tu as beau garder la douleur silencieuse, cette putain de brulure à l’épaule commence sacrément à te démanger. Tu attrapes la potion pour panser ta blessure. A deux doigts de proposer à ta compagne de te passer la crème. Juste pour la provoquer un peu. Tu te demandes un instant ce qu’elle penserait si tu te mettais à flirter avec elle. Elle, si à cheval sur les convenances. Ton regard traine un instant sur elle. La pluie n’a visiblement épargné personne. Encore moins le tissu qui à présent lui colle à la peau, dévoilant ses courbes marquées. «  J’ai… de bonnes nouvelles. » finis-tu par lâcher. Tu as hésité à en parler. Après tout, la découverte de cet oeuf t’as prise par surprise mais n’est-ce pas un réel atout ? Un animal jeune est toujours plus facile à apprivoiser. Tu attrapes la bouteilles de vodka et remplies à nouveau. «  A savoir si cette bonne nouvelle, tu l’as veut pour toi, ou pour le Lord. » Cela fait déjà plusieurs semaines que vous échangez toutes les deux sur les dragons. Tu connais l’intérêt de la Lestrange pour ces fascinantes créatures. Pourraient-elles se montrer un brin égocentrique et oublier son maitre ?


Code by Sleepy

ω



ET POURTANT
Nous sommes de ceux qui cherchent à désarmer la mort à coup d’grenades lacrymo pour l’effrayer et la maintenir à distance. Nous sommes de ceux qui espèrent croiser la vie un soir, au détour d’une avenue, pour la séduire, la ramener et lui faire l’amour de façon brûlante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ton utilité est mon intérêt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Utilité du bouclier lorsque l'on porte une armure légère
» De l'utilité du terrorisme
» Règlement intérieur de l'Université d'Artois
» L'intégrale
» Projet de campagne Blitzkrieg pour personnes intéressées et intéressantes ;)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Pensine :: Archives de vos RPs-