Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 (M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
6ème année ϟ Élève
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Almilozee
Points : 0
Hiboux : 73
Multi-compte(s) : M. Eshe Quraishi


MessageSujet: (M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide   Ven 10 Juin - 21:55


Vassili Miroslav Slezniov

see you at the bitter end


27 ans + Sang-Pur + Sympathisant + Russe

Je m'appelle Vassili M. Slezniov, j'ai 27 ans et je suis un Sang-Pur. Lorsque j'étais à Durmstrang, j'étudiais parmi les Wasser, et j'occupe un poste majeur au ministère russe de la magie (milieu des relations internationales). J'ai pour feat Stephen Amell. (c)crédit

INTELLIGENT – CALCULATEUR – FROID – RATIONNEL – EGOÏSTE – AMBITIEUX – OPINIÂTRE – CHARISMATIQUE –  CONSERVATEUR – AUTORITAIRE – ORGUEILLEUX – RANCUNIER – OPPORTUNISTE – IMPITOYABLE – CYNIQUE
Infos à savoir

Vassili – le premier. Le fier rejeton, aux veines irriguées par la pureté irréprochable du sang Slezniov. La puissance sous la peau, les pouvoirs magiques qui paraissent presque dès la naissance – l'objet de louanges, déjà, aux réceptions inter-familiales.
Vassili – le délaissé. L'impétueuse jeunesse des parents, le désemparement ; que faire, que faire, alors, de cet enfant ? La croissance et la maturation sans la bienveillance d'un regard parental attentif.
Vassili – le solitaire. Ses regards sont trop hauts ; il paraît arrivé trop tôt à maturation. Les amitiés sont gangrenées par un désir précoce de domination – les hommes sont fonctionnels, les enfants, tout autant. L'âme déjà forgée aux réalités impitoyables d'une société conservatrice et pétrie d'intolérance – l'altérité est à utiliser.
Vassili – l'adopté. Celui qui chez la branche parallèle des Slezniov est, très tôt, objet d'intérêt ; et, ses parents ne paraissant pas le réaliser, c'est le frère aîné de son père, Feodor, qui, majoritairement, prend à charge son éducation.
Vassili – l'influencé. L'enfance entière accaparée par l'oncle, qui se refuse à laisser à l'abandon l'éducation d'un sorcier de Sang-Pur, qui plus est, de sa famille. L'adolescence aux côtés de Feodor et de sa science ; ce dernier qui, bientôt, l'implique dans ses travaux – thèses, comptes-rendus, théories, et même expérimentations. Leur objet : le système de pensée viscéral, l'architecture idéologique de toutes les lignées de Sang-Pur à travers le monde – ce qu'il appelle solennellement l'hégémonie originelle et légitime. Celle des sorciers, bien sûr, mais surtout, celle des Sang-Pur. C'est scientifique, Vassili. C'est ce que cet imbécile de moldu a appelé la « sélection naturelle », sans savoir qu'il se vautrait lui-même dans les bassesses de l'échelle qu'il avait définie. Le ton est toujours doucereux, comme pénétré d'un fiel étrangement apaisant – l'inflexion du précepteur patient, celui qui substitue à l'ignorance puérile les grandes lumières de l'âge adulte. Et Feodor est la seule figure adulte à laquelle Vassili puisse se référer – l'unique parangon, le modèle omniprésent ; l'exemple idéalisé, celui qu'il est nécessaire d'imiter. Son adolescence ne voit que la confirmation de cette emprise autocratique ; le carcan se resserre autour du jeune Vassili, d'autant qu'il a désormais un accès pour ainsi dire libre et illimité aux travaux, non seulement de son oncle, mais aussi des scientifiques de la communauté sorcière russe, qui mènent tous des recherches du même ordre.
Vassili – le convaincu. (Le con vaincu.) La suavité de Feodor, l'enclume de ses certitudes nauséabondes ont fait leur chemin sous le crâne de Vassili, s'y sont insinuées durablement. Sa pensée tout entière s'achemine vers l'idée de cette supériorité première et légitime – il veut la consacrer, la révéler au grand jour ; le monde saura leur noblesse et leur élévation, à eux ! sorciers de Sang-Pur.
Vassili – le grand frère. L'impossible, l'impensable scission familiale. La naissance d'Anatoli, le petit frère, le second : le rappel à la promiscuité parentale. Mais la déchirure, déjà, a été opérée – les silences, quand Anatoli dort, sont volubiles. Il n'y a plus guère de reliques enfantines à chérir et à explorer sous le prisme du souvenir – il n'y en a jamais eu.
Vassili – l'enraciné. Les effets de la proximité avec l'oncle – très vite, l'aristocrate prestance, l'influence sociale considérable, la paume qui presse fermement dans tous les milieux, le regard partout. L'antenne Slezniov au sein du ministère ; Vassili s'y installe, et se love tout contre les institutions avec des cajoleries vipérines – à lui, enfin ! l'exquise puissance qu'il a tant fantasmée, la folle ivresse d'un pouvoir comme les crevasses que font les pas lorsqu'ils écartèlent la neige ; à lui, l'épaisse exaltation d'une gloire légitime et méritée.
Survole l'image pour en savoir plus
Liens

Anatoli Slezniov  ϟ another ticking bomb to bury deep
Une description plus détaillée de leur lien ici :3
Son petit frère – relation complexe, incroyablement fusionnelle mais qui a ses pans d'ombre et d'infamie – Anatoli l'idolâtre, en fait son ultime modèle, ne jure que par lui ; Vassili se tient toujours là pour lui, est la grande ombre qui s'étend sur son existence – tendance irrépressible à l'ingérence de la vie de son cadet ; en est en fait l'honorable despote, celui auquel on s'abandonne les yeux plein d'une servile adulation – Quand Anatoli a déménagé, il ne l'a pas accompagné et est resté en Russie ; entretiennent une correspondance prolixe et régulière – leur relation est au centre de nombreuses rumeurs ; on dit que leur famille s'est fissurée à la suite d'un mystérieux incident dont aurait été victime le plus jeune ; Vassili, aux dires de certains, n'y est pas pour rien, le degré de son implication est encore discuté, ainsi que les raisons qui auraient motivé son acte – l'étrange promiscuité, malsaine à certains égards, des deux frères, tend cependant à s'amenuiser depuis le départ d'Anatoli vers l'Angleterre, et encore plus depuis son entrée à Poudlard, qui l'a ouvert à d'autres horizons et à de nouvelles perspectives, que Vassili est loin d'approuver dans leur entièreté – ils restent toujours indissociables et résolument interdépendants toutefois ; impossible de les penser l'un sans l'autre, surtout dans le cas d'Anatoli qui a toujours érigé son aîné au rang d'astre tutélaire et continue à le faire malgré les discordes qui peuvent ça et là se faire surface entre eux

  Regulus Black  ϟ nothing's fair in love and war
Un menton frêle qui se hausse avec des airs princiers ; des yeux affadis, dont l'étau d'un asservissement précoce a estompé le bleu vivace – l'aîné avait plus de potentiel, Vassili l'a toujours dit. Pourtant c'est ce Regulus qui, aux réceptions internationales que donnent les respectables familles de Sang-Pur, traîne ses airs indolents de garçonnet déjà usé à l'entour de son jeune frère, ces yeux avides qui mesurent avec attention l'ardeur des juvéniles courroux d'Anatoli – ce Regulus qui clame avec l'innocence ébahie des simples d'esprit que ce Slezniov-là est un garçon sans magie. Quoi ! et cet enfant pourrait jeter à la face du monde magique leurs turpitudes, les peindre dans leurs prunelles insondables, les graver dans leurs sourires de convenance, quand sa tragique lignée sans hauteur s'étiole dans l'ombre ? Quand l'aîné est coupable et le cadet, incapable ? Vassili ricane lorsqu'il apostrophe le petit Black – son sourire a des torsions improbables ; sa voix, des grondements indéniables. Personne n'aime les mensonges, Black – et ta mère encore moins. La main qu'il abat sur son épaule maligne semble déraciner le garçon – il n'y pense pas. Il s'en va en déversant sur lui les foudres de mille regards impérieux. Les années suivent leur chemin, et il n'entend plus parler de Black que bien plus tard – on lui annonce à la dérobée qu'il fréquente son frère à nouveau, on lui révèle leur récente proximité ; ce, malgré l'avertissement qu'il s'est évertué à vouloir instiller chez l'enfant, au détour des rencontres organisées par la communauté Sang-Pur. Cette fois, c'est son Anatoli qu'il prend à parti, lui intimant à l'oreille de prendre ses distances, de cette voix de soie fielleuse qu'il lui réserve, et la largesse de sa paume contre sa nuque, comme il l'a toujours fait. Mais le menton s'abaisse ne tressaute pas, les yeux sont opiniâtrement clos, et nulle réponse ne lui parvient que ce Au revoir, Vassia qui allume dans les yeux de l'aîné Slezniov la lueur malsaine d'une ire en édification.

  Azrael Silaïev ϟ we could paint the town red
L'admiration, d'abord – l'aura que jette l'autre Russe autour de lui lorsqu'il se dresse fait haleter les yeux dans leurs orbites et tend avidement les nuques ; Azrael a toute la grandeur prodigieuse d'un charisme incontesté. Lorsque leurs regards se vrillent, c'est toujours fermement, et presque véhémentement ; leurs interactions semblent de ces chocs cataclysmiques, qui érigent face au volcan en furie la vague titanesque – rien au visage, et tout au cœur. C'est souterrainement que tout se roidit, sous la peau que l'ego s'attise et s'affermit. Quand ils se font face, la chair froide et les yeux acérés, c'est toute la frange sorcière de l'aristocratie russe qu'ils élèvent en paradigmes. L'inquiétante ambivalence de leurs rapports est, à la vérité, le microcosme de toute une société cloisonnée et parquée dans ses propres principes – la reconnaissance et l'approbation, véritables s'ébattent en le marécage ancestral d'une rivalité gigantesque, que vient aiguillonner de temps à autre l'âpreté d'un grand mépris. Il n'en est pas moins qu'ils se savent, et qu'ils se savent là ; ils sont ces falaises qui persévèrent contre les gueules de l'océan, que l'eau fouette et que le vent cingle ; que tout foudroie ; qui restent, même lézardées ; qui restent, même éviscérées. Ils sont à la société sorcière russe d'une part, à l'anglaise d'autre part, ces rats de grande envergure, qui font royale autorité, et impériaux présages ; ancres éternelles et absolues qui, s'ils quittent le navire, en indiquent l'inéluctable et prochaine déliquescence. Ils fixent, en leur froide fatuité, l'hégémonie sociale de tout un système idéologique, de tout un monde de hauteurs assumées.

fiche by laxy

ω




Spoiler:
 


Dernière édition par Anatoli M. Slezniov le Sam 30 Juil - 23:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
6ème année ϟ Élève
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Almilozee
Points : 0
Hiboux : 73
Multi-compte(s) : M. Eshe Quraishi


MessageSujet: Re: (M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide   Ven 10 Juin - 23:12




Un petit mot de l'auteur


Bonjour bonjouuuur coeur

Je tiens à signaler que si, qui que tu sois, tu as lu l'intégralité de mon blabla verbeux, ton courage est indéniable - j'espère qu'il t'a plu ou tout du moins retenu ton attention et je m'en excuse si ce n'est pas le cas. Ce petit complément afin d'évoquer certains points essentiels pour ce qui est de mon petit protégé, que nous pourrons discuter si jamais il t'intéresse (perspective qui, je ne le cache pas, me remplirait de joie). :3

LE NOM : je vais sûrement paraître obtuse et fermée, mais il n'est pas modifiable ; Vassili prend place dans une dynamique familiale et sociale bien spécifique, qui lui est intrinsèque et fait nécessairement partie de son essence : changer son nom détruirait tout cela et tout ce qui a été construit autour de lui...

LE FEAT : Stephen Amell m'a bien plu pour l'incarner, m'a paru être un très bon choix, et j'ai beaucoup de mal à le voir autrement désormais, je dois le dire. ;; Mais s'il ne te plaît réellement pas, il y a bien évidemment moyen qu'on en discute, je ne suis pas un tyran (;
(Ma seconde idée de feat était Martin Wallström, et une troisième pour la route, Matthias Schoenaerts ; peut-être te plairont-t-il davantage ? Je suis en tous les cas ouverte à toutes les suggestions, tant qu'elles sont crédibles bien sûr !  coquin )

L'ASPECT PHYSIQUE : je ne l'ai pas défini avec précision, il est donc de fait potentiellement modifiable (même si j'aime VRAIMENT BEAUCOUP l'idée d'un Vassili campé par Stephen Amell je dois l'admettre  crazy ) C'est là encore à discuter éventuellement !

LE STATUT/L'ANCRAGE SOCIAL : les fondements en sont immuables ; Vassili reste un Sang-Pur issu d'une famille aristocrate russe, un représentant éminent de cette élite sociale ; il occupe un poste (très) important au ministère russe de la Magie - j'ai d'ailleurs mentionné un département, c'est celui qui me paraissait convenir le plus au personnage, il est bien sûr discutable (mais être ambassadeur par exemple lui permettrait de voyager souvent et régulièrement, vers l'Angleterre et son frère - entre autres - donc ça me paraît vraiment judicieux !). Je l'ai d'ailleurs mis Sympathisant, c'est plus ou moins immuable, même si Vassili suit plutôt ses intérêts et le serait plus par opportunisme et volonté de "tâter le terrain" en quelque sorte, que par réelle conviction... à voir, donc. c:

LES LIENS : mis à part celui avec Anatoli, absolument immuable sauf aspects très ponctuels, de l'ordre du détail, j'ai essayé de décrire les liens préétablis dans les grandes lignes. Celles-ci ne peuvent être modifiées mais j'ai tenté de laisser la place à d'autres développements éventuels. Ce sera à toi de voir du coup, tant que tu restes dans la dynamique du lien et surtout de Vassili, tout ira bien  calin

RP/ACTIVITÉ/ORTHOGRAPHE : c'est le moment où je suis encore plus agaçante !!!! (oui c'est possible) (non je rigole je vous aime en vraiiii) Pour la présence, je ne peux pas exiger grand-chose étant donné que la mienne est plutôt réduite, week-end/vacances/congés exclus, donc voilà, tant que l'activité est là, pas besoin d'être présent h24 non plus, c'est comme il vous plaît :3 Question orthographe, style, etc, je ne suis pas du tout irréprochable (loin de là), mais une orthographe et une syntaxe correctes me semblent être de mise  red

Je crois que j'ai tout dit - et sans doute fait fuir tout le monde ;; - donc voilà ; j'espère ne pas avoir été trop chiante/inflexible/volubile (pardon encore pour le verbiage) et t'avoir convaincu.e ou du moins intéressé.e !
N'hésite pas s'il y a quoi que ce soit, je suis toujours là par MP/CB/skype quels que soient le moment ou le sujet !!!! coeurcoeurcoeur



fiche by laxy

ω




Spoiler:
 


Dernière édition par Anatoli M. Slezniov le Mar 5 Juil - 14:22, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiant ϟ Indifférent
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Schizophrenic.
Points : 2
Hiboux : 493
Multi-compte(s) : Remus J. Lupin & I. Zéphyr Aït-Malek
Métier : Etudiant à Sainte-Mangouste
Age : 19


MessageSujet: Re: (M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide   Ven 17 Juin - 0:07

Scénario validé magic

ω



Georgiado
« Moi je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre jusqu'après ma mort pour couvrir ton corps d'or et de lumière. Je ferai un domaine où l'amour sera roi, où l'amour sera loi, où tu seras reine. Ne me quitte pas » Jacques Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide   

Revenir en haut Aller en bas
 
(M) stephen amell - a handshake of carbon monoxide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M/lIBRE) STEPHEN AMELL
» (M) Ugo Pennaccini | Stephen Amell [LIBRE]
» Stephen Amell ▬ Carlile J. Whitley ▬ when the sun give us light to walk like a free man
» (M) Stephen AMELL — But when it comes to you I'm never good enough
» (M/LIBRE) ∫ STEPHEN AMELL, DYLAN BRUCE, DAVID GIUNTOLI, …

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Gestion de votre personnage :: Tiroirs à personnages :: Scenarii des membres-