Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 Eve - let's tessellate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
7ème année ϟ Batteuse
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : avatar : anarchy / aesthetic : oim / signa : endlesslove
Points : 7
Hiboux : 222
Club : Membre à part entière du Club des Briseuses de Noix en Chef ; membre honoraire du Gryffy Squad

Métier : Redresseuse de torts serpentardesques
Age : 18
Particularité : Kleptomane


MessageSujet: Eve - let's tessellate   Sam 23 Avr - 17:20


Eve Harper Millerfield

Toe to toe, back to back, let's go, my love ; it's very late. 'Til morning comes, let's tessellate

ϟ Prénom(s) : Eve – merci la connotation biblique -, Harper.
ϟ Nom : Millerfield.
ϟ Age : 17 ans, bientôt 18.
ϟ Date et lieu de naissance : Elle est née le 15 mai 1960 à Londres-même, dans le district de Hackney. Une anglaise pure souche, en somme.
ϟ Statut & Sang : C’est une sorcière, tout comme son père. Ils sont de fait les deux seuls représentants de leur monde, et donc des sangs-mêlés. Ca ne pose absolument aucun problème à Eve, qui n’a jamais pris au sérieux la théorie de la pureté du sang.
ϟ Particularité, don : Il semblerait qu’Eve soit kleptomane. Bon en fait c’est même complètement avéré et elle a suivi de nombreuses séances inutiles chez un psychologue pour se débarrasser de cette manie très gênante, en vain. En résumé, ne laissez jamais rien de trop tentant traîner près d’elle.
ϟ Maison : Gryffondor et Poufsouffle.
ϟ Baguette : La jeune fille possède une baguette longue de 27 centimètres et demi, plutôt rigide, même pour sa propriétaire. Elle est composée d’un bois de sorbier et son cœur renferme une plume de Jorbabille.
ϟ Patronus : L’animal qui la représente est un coyote. Déduisez-en ce que vous voulez, Eve n’a pas essayé de trop chercher à comprendre.
ϟ Epouvantard : Un très, très grand brasier ardent qui dévore tout sur son passage. Les flammes l’ont toujours effrayée depuis qu’elle est toute petite, sans doute autant qu’elles la fascinent quelque part. D’ailleurs vous ne la verrez jamais installée près du foyer dans la Salle Commune, ça c’est certain.
ϟ Amortentia : L’odeur entêtante de la menthe poivrée vient en premier lieu, suivie de quelques effluves de ce qu’on identifierait comme de la térébenthine. Le parfum s’achève par une note boisée qui rappelle les grandes forêts de sapins.
ϟ Miroir du Rised : Eve ne parle qu’à bien peu de gens de ses véritables rêves, très certainement parce qu’elle est assez peu expansive et secrète. Néanmoins, un de ses plus grands rêves resterait celui de faire partie de l’équipe nationale d’Angleterre de Quidditch – c’est une véritable mordue de ce sport, elle s’est inscrite dès qu’elle a pu dans l’équipe de sa Maison en tant que batteuse et elle suit de très près tous les matches de ses joueurs préférés. Et non, ça n’est pas qu’un truc de mecs.
ϟ Feat :  Ebba Zingmark.
ϟ Crédits : noragami(avatar) et emmagallavich(header)
Qui es-tu ?

1. Que pense votre personnage de la coalition entre Poudlard / Beauxbâtons / Durmstrang ? La jeune femme n’a rien contre cette soudaine alliance. A vrai dire elle était même curieuse à souhait, pressée de voir à quoi ressembleraient ces fameux nouveaux élèves et comment ils s’adapteraient parmi eux. Eve n’a pas été déçue du voyage, même si elle a la sensation que certains nouveaux élèves sont comme de véritables loups qu’on a laissé entrer dans la bergerie. Même si elle ne se sent pas véritablement concernée par cette nouvelle coalition qui arrive à la fin de sa scolarité, la blonde ne voit pas vraiment l’intérêt d’avoir en trois exemplaires les mêmes stéréotypes d’étudiants. Enfin … Ca reste tout de même très divertissant de voir les Serpentardes et les nouvelles de Beauxbâtons se crêper le chignon.

2. Poudlard est-il toujours pour vous "l'endroit le plus sûr de toute la Grande-Bretagne" ? Sûr, mais seulement en apparence, car pourtant c’est bien là que tout se passe. Derrière leurs yeux d’enfants et leurs comportements futiles, ils savent tous d’ores et déjà qui tombera dans les vicissitudes des Mangemorts, qui subira sans pouvoir lutter ou réagir, et qui se révoltera. Eve n’est pas dupe : les murs de pierre ne sont pas suffisamment épais pour les protéger des bruits de l’extérieur et des menaces qui planent. Ce n’est qu’un cocon physique et rien d’autre, et ce n’est en aucun cas les paroles faussement rassurantes du corps enseignant qui la feront changer d’avis.

3. Quel sont les plans de votre personnage quant à son futur ? A-t-il une vocation, ou souhaite-t-il attendre de voir où Merlin l'emmènera ? A très court terme, Eve espère pouvoir continuer à emmerder autant que possible l’incroyable quantité d’imbéciles qui existe encore entre les quatre murs de Poudlard. Elle n’a jamais eu autant envie que de se rebeller face à tous ceux et toutes celles qui méprisent le monde moldu. Elle compte également profiter au maximum de ces derniers mois d’insouciance pour faire de son passage dans le château écossais un souvenir mémorable. L’anglaise semble prendre également conscience, surtout depuis cette septième et dernière année, que le véritable monde l’attend à la sortie de l’institut sorcier et qu’il ne s’agira plus de jouer au jeu des ragots, de la popularité et des petites histoires d’adolescents. Bientôt ils devront être adultes. Bientôt ils devront prendre parti. Et à ce moment-là, intimement, Eve le sait : elle tiendra plus que tout à rejoindre l’Ordre du Phénix. Peu importe son futur métier, peu importe l’avenir, peu importe l’avis de son entourage ; la priorité majeure pour elle est instinctivement de pouvoir protéger les siens coûte que coûte.

Survole l'image pour en savoir plus
Anecdotes

C’est une têtue, une bornée, une tête-brûlée finie. Un défi, un challenge ? Elle est incapable de refuser. Elle est infatigable jusqu’à ce qu’elle ait décidé que la journée était finie … Elle et elle seule. Naturellement curieuse, elle suit la plupart du temps son instinct, ce qui la pousse souvent à agir de manière impulsive. Agir puis réfléchir ensuite, un plan qui lui convient généralement – même s’il ne fonctionne pas tout le temps. Tactile sans s’en rendre compte, souvent dans l’ambiguïté malgré elle, elle est d’une possessivité rare avec son entourage et défend d’ailleurs les siens corps et âme. Quitte à parfois passer pour une marie-mêle-tout. Mais peu lui chaut : elle n’a jamais eu grand-chose à faire du regard d’autrui.

Il peut aussi arriver qu’elle tire trop vite des conclusions de ce qu’elle voit et qu’elle mette tout le monde dans le même sac, une mauvaise habitude qu’elle tente de chasser. Comme s’il était aussi facile de pouvoir catégoriser les gens, de croire que la gentillesse n’existe que chez les uns et la noirceur chez les autres. Parfois, pourtant, faire preuve d’un peu de tact et de nuance ne lui ferait pas de mal – mais elle est comme ça, Eve, entière et passionnée. L’expansivité ne fait pas partie de ses traits de caractère ; si elle peut aisément gérer la détresse des autres, extérioriser la sienne est une autre paire de manches et elle préfère tout contenir, tout garder pour elle. Et quand la colère, la déception ou le trop-plein d’émotions négatives se fait sentir, il n’y a qu’un seul remède pour elle : le Quidditch.

Bien des rumeurs qui la concernent l’attaquent surtout sur son côté un peu trop « grande-gueule », aboyant beaucoup mais mordant peu. Elle en a effrayé, des garçons, à force de jouer la fille indépendante et fière. On lui a prêté bien peu de relations sérieuses à Poudlard – certains disent même qu’elle doit être homosexuelle, ou qu’elle a des problèmes de frigidité. C’est dire comme ça vole haut. En réalité Eve a toujours eu d’énormes difficultés à s’ouvrir à quelqu’un pour des raisons qui restent obscures même pour elle. Les dragueurs un peu téméraires ne sont donc pas les seuls à l’esquiver, les filles un peu trop coquettes et précieuses aussi. Souvent perçue comme trop spontanée et franche pour être honnête par ses homologues féminins, et un brin gênante quand elle décide de pousser une gueulante devant tout le monde. Cette fille ne se soucie donc t-elle jamais de sa réputation ?!, s’insurge t-on.

S’il était néanmoins rare de voir Eve céder sur ses opinions tranchées, elle n’en demeure pas moins touchante, presque enfantine face à certaines de ses faiblesses. Elle a une peur bleue du feu, mais les quelques crétins qui ont voulu la charrier se rappellent maintenant qu’il vaut mieux éviter de la taquiner à ce sujet. Elle meurt d’envie de se faire tatouer mais n’avouera pour autant jamais qu’elle appréhende un chouïa la douleur de la piqûre. Elle fait souvent semblant que rien ne l’atteint mais en réalité, les Mangemorts la rendent malade et l’idée qu’ils puissent lui retirer sa mère la tétanise. Sa famille, ses amis, c’est sans doute sa possession la plus précieuse à ses yeux et elle fait généralement trop souvent passer leurs problèmes avant les siens – une manière comme une autre de pouvoir se détourner de ses maux personnels.

Quelques infos supplémentaires en vrac …
Spoiler:
 


Derrière l'écran

ϟ Pseudo ou Prénom : Marion : ).
ϟ Âge : 24 ans.
ϟ Double compte ? Pas encore, non !
ϟ Comment avez-vous découvert le forum ? La magie de Google et des top-sites qui tombent à point.
ϟ Vos premières impressions ? Très très très très (très) sympa. Et bourré de pépites ! J’ai hâte de pouvoir me lancer dans le grand bain avec vous I love you
ϟ Autre chose ? Chef, non chef !

fiche by laxy


Dernière édition par Eve H. Millerfield le Dim 24 Avr - 22:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Batteuse
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : avatar : anarchy / aesthetic : oim / signa : endlesslove
Points : 7
Hiboux : 222
Club : Membre à part entière du Club des Briseuses de Noix en Chef ; membre honoraire du Gryffy Squad

Métier : Redresseuse de torts serpentardesques
Age : 18
Particularité : Kleptomane


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Sam 23 Avr - 17:20


Il était une fois ...

Je suis la vague qui te ramène sur les récifs quand tu te perds, je suis le soleil qui te brûle quand tu reviens nu sur les dunes
Mars 1967.
Ses yeux étincelaient d’une impatience brûlante tandis qu’Eve refermait derrière elle la lourde porte du salon qui grince. L’enfant grimaça, suspendant son geste avant de s’appliquer consciencieusement à clore dans le silence le plus complet possible le pan de bois. Le salon des Millerfield était vide, du moins la fillette le supposait justement, attentive au calme du lieu qu’elle explora rapidement dans chaque recoin. Elle voulait être sûre qu’elle était seule – elle ne pouvait pas prendre le risque que ni son père ni sa mère ne la surprennent. Est-ce que ce qu’elle faisait était vraiment mal, était-ce une bêtise ou bien plus grave que cela ? Sa conscience d’enfant n’était pas encore capable de le prédire. Tout ce qu’elle savait, en son for intérieur, c’était qu’elle n’était pas normale. Et qu’elle ne devait vraiment pas faire en sorte que cela s’ébruite.

Eve soupira, soulagée de constater qu’elle était définitivement seule et que personne ne débarquerait pour le moment. Elle avisa la cheminée qui trônait contre le mur central du living-room, le regard teinté d’anxiété et d’appréhension. Elle était persuadée de pouvoir réussir à nouveau. La dernière fois, c’était simplement parce qu’il y avait eu maman qui allait arriver que ça n’avait pas marché se rassura t-elle.

La petite s’agenouilla face aux bûches froides entreposées dans l’âtre éteint, prenant son courage à deux mains tandis qu’elle concentra toute son attention sur le bois. Penser au feu, imaginer l’élément terrifiant naître dans le creux des cendres pour reprendre vie, le faire éclater en une gerbe flamboyante. Ses petits poings se serrèrent, son regard s’intensifia tandis que rien ne se passait. Elle avait trop peur. Les flammes avaient toujours provoqué chez elle cette réaction quasi-épidermique qu’elle craignait et cherchait en même temps. Eve n’avait jamais su d’où cette capacité lui était venue – elle avait simplement déjà provoqué l’incident une fois en classe, son cartable d’écolière ayant commencé à prendre feu pour une raison que personne n’avait su expliquer et ses parents n’ayant d’ailleurs jamais été tenus au courant. Le flot de ses pensées confuses s’égara, ses yeux regardant sans voir la cheminée. Elle était bizarre, trop bizarre pour être normale, et si papa et maman l’apprenaient, est-ce qu’ils voudraient encore de moi, ils me mettraient à l’orphelinat, ou alors ils m’abandonneraient, c’est horrible, je ne veux pas –

« Eve ?! » Un bruit l’arracha de ses pensées, un crépitement anormal, une chaleur soudaine la rattrapa. La petite fille poussa un cri, apeurée : tout autour d’elle, le tapis avait commencé à brûler, dessinant l’amorce d’un cercle presque parfait. Son père, Celian, alerté par le bruit et l’odeur âcre de la fumée, venait d’arriver à ce moment-là. Elle le dévisagea, paralysée par la peur. « Papa ! » se mit-elle à pleurer, tremblante comme une feuille. « C’est pas m-moi, c’est pas moi ! J’suis pas un monstre ! »

Elle n’eut même pas le temps de réellement comprendre ce qui se passait : de nulle part, il sortit quelque chose de sa poche – une baguette apprendrait-elle plus tard – et l’agita dans les airs, faisant s’évaporer presque instantanément le début de flammèches qui la cernait. En deux temps trois mouvements, ses bras cueillirent la fillette en pleurs. Elle était encore trop secouée pour comprendre ce qu’il lui dirait, mais s’il y avait une chose qu’il fallait qu’Eve retienne, c’était qu’elle était tout sauf un monstre.

***

Septembre 1970.
Dans un des wagons du train à vapeur qui serpentait entre les collines écossaises, un petit regroupement de premières années babillait joyeusement, excités comme des puces à l’idée d’arriver enfin au fameux Poudlard dont ils avaient tant entendu parler.

Une première fillette, assise à la droite d’Eve, semblait la plus inquiète de la troupe. Elle ne cessait de bombarder les autres d’interrogations toutes plus révélatrices les unes que les autres sur l’état de fébrilité dans lequel elle se trouvait. « Vous savez comment ça va se passer là-bas ? » La dénommée Harriet avait pourtant une demi-douzaine de livres à côté d’elle qui s’entassaient et relataient tous diverses histoires magiques, mais visiblement aucune lecture n’était parvenue à satisfaire sa curiosité.
Un garçon assis face à elles piocha une Chocogrenouille avant de la déballer tout en répondant. « Je sais pas. Mon grand-frère m’a dit qu’il paraît qu’on va devoir passer une sorte d’épreuve très dangereuse et qu’il faudra utiliser la magie ! » Son voisin, un petit blondinet au visage tout rond, secoua la tête en riant – il avait l’air d’être celui qui savait le plus de choses à propos de l’école de sorciers britannique, ce qui lui donnait automatiquement le monopole de la vérité dans le compartiment. « Mais nooon c’est n’importe quoi ! Il t’a raconté des salades ! » Eve tenta un petit sourire réconfortant à sa camarade et confirma les paroles du garçonnet. « Mon père m’a dit qu’il y avait une espèce de chapeau qui parle à mettre sur la tête. Et qu’il décidait de la maison où on serait répartis. » Le blondinet approuva également d’un petit signe, reportant son attention sur la jeune Millerfield qu’il observa très attentivement.
« Et toi, tu veux aller où ? » Une question épineuse. Eve n’avait pas tout à fait cerné les lourdes traditions et valeurs qui incombaient à chacune des Quatre Maisons de Poudlard ; pour ce que Celian lui en avait raconté, il n’y en avait pas de bonne ou de mauvaise. Mais les dernières conversations qu’elle avait entendues à bord du train abondaient dans le sens inverse, comme si un aura propre flottait autour de chaque groupe. Une sorte d’unité et de solidarité que l’on trouvait chez certains élèves plus âgés et pas d’autres, des regards chaleureux et des paroles encourageantes qui étaient remplacés à d’autres moments par des sourires plus traîtres et des regards inquisiteurs.
« J’en sais rien. Il y a beaucoup de différences entre les maisons ? »
« Non, enfin si, mais … Je sais pas. » Tout penaud, le première année se contenta d’enfourner une Patacitrouille dans sa bouche. Mieux valait penser à autre chose qu’à la cérémonie de la Répartition.

Et pourtant, quelques heures plus tard, cette conversation repassait en boucle dans la tête d’Eve. C’était elle qui se retrouvait assise sur le tabouret deux fois trop grand pour elle, plongée dans une obscurité complète. Elle n’était plus sûre de savoir si elle préférait subir le poids d’une centaine de paire d’yeux fixée sur elle ou l’étrange atmosphère solennelle qui l’avait envahie dès lors que le Choixpeau avait été posé sur sa tête. La voix de l’objet ensorcelé parlait, parlait, marmonnant des bribes de paroles qu’elle ne comprenait pas vraiment – jusqu’à ce que la décision tombe, et que la voix tonitruante de l’artefact s’élève pour rompre la tension. Tu seras à …

***

Octobre 1971.
Le soleil matinal inondait le terrain de Quidditch. Le temps était parfait : pas un souffle de vent, un air sec, une visibilité optimale. Sous ses mains, le bois travaillé de son balai lui paraissait curieusement moite et glissant. Il n’y avait normalement aucune raison logique à cela, songea Eve qui tenta de se raisonner en vain. Le stress mélangé à l’euphorie de l’adrénaline rendait la deuxième année particulièrement intenable tandis qu’elle attendait debout parmi la file d’élèves tous plus nerveux les uns que les autres. Elle ne cessait de se hisser sur la pointe des pieds, tentant de suivre avec attention l’avancement des autres potentiels concurrents qui passaient avant elle pour devenir membres de l’équipe de Quidditch de leur maison. Pourvu que personne ne veuille être batteur, pourvu que personne ne veuille être batteur … priait-elle naïvement.

Sans qu’elle ne le réalise, une main la poussa un peu en avant, signe qu’il était temps qu’elle fasse ses preuves. Eve sentit ses pieds la guider sans que son cerveau n’en ait donné l’ordre. Elle avait l’air d’un robot un peu rouillé mais elle s’en fichait pas mal, bien trop concentrée par l’importance de ces sélections. Il fallait qu’elle soit à la hauteur et il fallait qu’elle décroche absolument sa place. Devant elle, installés à ce qui semblait être un bureau de jury improvisé sur la pelouse pour l’occasion, le capitaine et un autre de ses coéquipiers faisaient signe au jeune garçon qui descendait justement de son balai, rouge comme une tomate, de rejoindre les gradins. Sa prestation était finie – et apparemment il semblait qu’elle n’avait pas été fameuse, une belle trace de Souafle ornant sa joue droite. Le ventre de la petite blonde se tordit d’inquiétude tandis que son cœur trépignait d’impatience de pouvoir décoller.

« Ton nom ? » demanda le plus âgé des deux joueurs, lui accordant un bref coup d’œil un peu méfiant. Evidemment, elle aurait du s’en douter. Une petite nabot d’à peine douze ans et demi qui ose se présenter pour intégrer leur équipe, ça devait davantage relever de l’amusement que du sérieux. Néanmoins la sang-mêlée n’était pas prête à se dégonfler et elle se redressa donc pour mieux faire face aux autres. Sans peur, sans reproche. « Millerfield, Eve. » Elle avait donné l’intonation la plus assurée qu’elle pouvait à sa voix, ce qui ne suffisait pas atténuer la perplexité qui se lisait sur certains visages dans la maigre foule venue suivre cette séance spéciale. Le bruit de la plume qui crissait sur le parchemin s’arrêta. « Et tu postules pour … ? » La réponse fusa, sans l’once d’une hésitation. « Le poste de batteur. » Eve ne manquait pas d’aplomb, et cela déclencha quelques gloussements et sifflets d’admiration.

Le capitaine hocha la tête, pensif, avant de lui faire signe de se tenir prête. « Très bien, voyons ce que tu vaux sur le terrain ! » Eve resserra la prise sur son balai avant de se diriger vers la zone de décollage temporairement matérialisée. Le capitaine, lui, s’était levé pour s’avancer vers la malle où s’agitaient frénétiquement l’un des deux premiers Cognards qu’elle serait chargée de stopper. Voir la balle aux reflets métalliques vibrer sous les sangles de cuir fit vibrer quelque chose en elle, presque autant que ce chuchotement anonyme qu’elle capta sur son passage. « Je lui donne pas cinq minutes. »

Elle était prête à tout donner.

***

Avril 1975.
Des éclats de voix attirèrent son attention. Elle qui sortait tout juste d’une heure de colle pénible et qui rêvait seulement de se retrouver au calme à profiter de l’extérieur se retrouva irrépressiblement appelée par la curiosité. En tendant l’oreille, les timbres qu’Eve identifiait appartenaient à deux garçons et à une fille, ce qui n’aurait rien eu de très inquiétant si elle n’avait pas la sensation que ce qui se passait à quelques mètres d’elle n’était pas un échange des plus amicaux. « Tu devrais même pas être à Poudlard. Les gens comme toi, ils devraient être reniés du monde sorcier ! » perçut si distinctement la jeune fille qu’elle accéléra le pas pour se retrouver bien plus vite que prévu face aux trois élèves.

Ceux-ci, dos tournés à l’anglaise, avaient tout l’air de bien s’amuser. Ils avaient coincé une quatrième année, manquant sans doute de divertissement pour l’après-midi et n’avaient visiblement rien de mieux à faire qu’à jouer les caïds de service. Typiquement des abrutis, soupira une petite voix intérieure tandis que la blonde se raclait la gorge. « Hey ! Je vous dérange ? »

L’un des deux se retourna, les sourcils froncés et la mâchoire crispée indiquant qu’il n’avait pas prévu de convier qui que ce soit à leur petit harcèlement et qu’ils étaient bien peu disposés à laisser une fille s’opposer à eux. Des héroïnes de pacotille comme elles, ils s’en passaient volontiers. « Laisse tomber, toi ! On s’occupe d’une débile, c’est pas tes affaires. » balaya le jeune sorcier d’un revers dédaigneux de la main. C’était sans compter sur l’insistance de Millerfield qui avança encore d’un pas et rétorqua, sans se démonter. « C’est toi qui es débile. Qu’est-ce que ça peut te faire que sa famille soit moldue ? » S’il y avait bien une chose qui était capable de la faire sortir de ses gonds en un éclair, c’était les critiques de bas étage sur les moldus. Elle n’était pas connue pour se laisser faire, encore moins par deux idiots qu’elle avait fini par reconnaître comme étant des sixièmes années.

Puisque son acolyte ne semblait pas apte à pouvoir chasser une demoiselle de leur territoire de chasse, le second énergumène se retourna à son tour pour jauger Eve d’un air narquois et aller au devant, une moue suffisante plaquée sur son visage. Une parfaite petite tête à claque. « On t’a sonnée, la traîtresse à ton sang ? » Eve se mordit violemment la joue : si elle avait réussi à détourner leur attention de la pauvre fille qu’ils ennuyaient, c’était maintenant elle qui finissait sous les projecteurs – et force était de constater qu’elle allait avoir bien des difficultés à les affronter. Mais la colère prit le pas sur la raison, l’impulsivité parlant pour elle comme à chaque fois. « La quoi ? Répète un peu ? » rugit Eve, dégainant sa baguette presque en un éclair.

Des rires fusèrent de la part des deux garçons, qui observèrent l’arme magique pointée sur eux. « Houuu, c’est qu’elle nous menace la petite Millerfield ! » fit remarquer le premier, goguenard. « T’es même pas une vraie sorcière, t’arriveras pas à me lancer de sort ! » Plus il parlait, moins Eve parvenait à se contenir et à réprimer l’envie foudroyante qui la prenait de lui balancer à la pele tous les sortilèges qui défilaient dans son esprit. Ce type avait l’incroyable faculté de l’énerver rien que par la parole et ça, c’était très mauvais signe pour lui. « Vas-y, essaie ! Avec un peu de chance tu vas toucher ta Sang-de-Bourbe de petite copine ! »
La goutte de trop. Le regard aigue-marine de la blonde se durcit, sa main s’abaissa lentement, lentement, pour que finalement sa baguette retourne dans la poche de sa cape. Sa voix, sourde, gronda. « T’as raison, la baguette c’est pas une bonne idée. » Sans prévenir, elle se jeta au cou du jeune homme pour lui envoyer une gifle – ni l’un ni l’autre ne l’avaient vu venir. Tant pis pour les représailles.

***

Décembre 1976.
« Miss Millerfield, dans dix minutes nous allons terminer votre rendez-vous et vous n’avez toujours pas parlé. »

Un silence parfait régnait dans le bureau du psychomage. Eve observait ses ongles avec une attention accrue, relevant finalement le menton vers le quadragénaire. « Ah oui ? Le temps passe vraiment vite quand on s’ennuie. » L’ironie de la remarque, à peine voilée, laissa de marbre son interlocuteur.
« Peut-être qu’en discutant, les choses iraient plus rapidement. » Bien sûr. Comme à chaque fois depuis qu’elle avait été obligée il y a peu par sa mère de suivre ces séances régulières, la jeune fille avait droit au cérémoniel habituel où le spécialiste tentait comme à chaque fois de la faire parler. La faire parler, à quoi bon ? Chacune de leur discussion ressemblait à s’y méprendre à un duel laborieux et se soldait par un mur qu’Eve s’acharnait à construire entre eux.

La sixième année soupira, étirant ses jambes pour se débarrasser de l’engourdissement qui s’installait. « Vous savez quoi ? Ces séances ne servent à rien. »
« Votre mère semble penser le contraire. Elle dit que ça pourrait vous permettre de vous libérer d’un poids. Ou même régler les problèmes que vous avez. »

La jeune femme ravala le rire cynique qui lui brûlait les lèvres. Les problèmes. Quelle belle, polie et samaritaine façon de voir les choses. Sa kleptomanie n’était pourtant à ses yeux pas tant un souci pour elle que les menaces de plus en plus pesantes qui oppressaient les sangs-mêlés et nés-moldus – les faits divers qui commençaient à naître dans la presse sorcière avaient de quoi faire froid dans le dos. Comme une curieuse coïncidence, cette tendance à voler tout et n’importe quoi pour le simple fait de ressentir un frisson d’excitation avait commencé à voir le jour il y a quelques mois, presque en parallèle. Peut-être un an tout au plus ; le premier vol qu’elle avait commis lui paraissait flou. Eve ne savait plus faire la différence entre la plume qu’elle empruntait en cours et qu’elle oubliait de rendre et le Rapeltout de son voisin qu’elle retrouvait quelques heures plus tard niché dans son sac. Ses mains ne lui appartenaient plus vraiment dans ces instants-là, et s’en rendre compte rendait la chose encore plus absurde. Elle n’était pas une voleuse, se persuadait-elle depuis le départ, ou du moins elle ne le faisait ni pour l’aspect financier, ni par plaisanterie : le déni l’avait poussée à se convaincre que ce qu’elle faisait n’était rien de très grave ni très significatif tant que ça ne devenait pas plus important. Ce qui était pourtant en train de se produire depuis que la blonde avait dérobé des objets de plus en plus souvent. Plus elle y parvenait, plus la satisfaction était forte, intense et instantanée – suivie de ce rebond nauséeux de culpabilité et d’incompréhension. Cette manie que la jeune anglais se refusait obstinément à qualifier de maladie avait fini par être suspectée, à force de plaintes et de suspicions. L’affaire était remontée suffisamment haut et l’inquiétude générée chez sa mère avait été telle qu’Eve n’avait eu d’autre choix de se soumettre à l’avis professoral et parental – et voilà qu’elle se retrouvait à consulter toutes les deux semaines un médecin supposé lui désapprendre à voler.

La voix du psychologue la rattrapa, lointaine. « Qu’est-ce que vous en pensez ? »
Eve soupira, se frottant les yeux comme on sortait d’un mauvais rêve. « Que c’est une perte d’argent et de temps. Le ton était péremptoire. Avec tout le respect que j’ai pour mes parents, ils ont tort s’ils pensent que je vais vous raconter ma vie. On ne se connaît pas. Je vous dois rien de tout ça. »
« Donc pour vous ces séances impliquent un échange équitable ? »
« Oh pitié, arrêtez ça. »
Le psychomage haussa un sourcil, une pointe d’amusement transparaissant presque au travers du masque d’impassibilité qu’il se composait habituellement. « Quoi ? »
« De faire comme si vous essayiez de comprendre ce qui se passe là. »

Elle tapota sa tempe de l’index avant de finalement se tourner pour mieux faire face au médecin. « Vous savez quoi ? Vous êtes des charlatans, vous les psychologues. Vous arrivez très bien à foutre le bordel chez vos patients en posant des tas de questions qui nous embrouillent. En me faisant parler de mes souvenirs d’enfance, en me parlant de ces espèces d’histoires d’ancre personnelle que je dois me trouver. Et tout ça c’est censé être thérapeutique ? C’est supposé me faire arrêter de voler des trucs ou me faire sentir mieux ? » On sentait dans les mots d’Eve qu’elle n’y croyait absolument pas. Elle éprouvait déjà toutes les peines du monde à parler à cœur ouvert à ses amis, à se confier sur la peur aussi irrationnelle qu’irrégulière de se sentir trop jeune et trop faible pour s’assurer que sa moldue de mère ne risquait rien et que son sorcier de père non plus. Elle ne voyait pas comment se confier à un parfait étranger pouvait l’aider de quelque manière que ce soit. Peu importe ce que pouvait bien penser Beth.
« Voyez plutôt ça comme un exercice. Et si vous souhaitez qu’il vous fasse sentir autrement – » commença l’homme avant de se voir couper l’herbe sous le pied par la jeune fille qui se renfonça dans son siège et croisa les bras. Une posture fermée qui n’indiquait rien de bon. « Ok c’est bon. J’ai compris. Je crois que je préfère quand on se taisait tous les deux. »



fiche by laxy


Dernière édition par Eve H. Millerfield le Lun 25 Avr - 19:43, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur ϟ Sympathisant
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Adament
Points : 0
Hiboux : 743
Club : Mangemort. The Layer. #Ohthoserussians.

Métier : Professeur de magie runique.
Age : 25
Particularité : Les secrets dévoilés en traître par leur esprit. Tu maîtrises la Légilimencie.


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Sam 23 Avr - 18:14

Bienvenuuuuuuuuuue blue

Le début de fiche est super intéressant, ça donne bien envie de connaître l'histoire de ta demoiselle, et surtout de voir comment elle va évoluer sur Fiz ange (et puis comme dis, une kleptomane, ça risque d'être trèèès intéressant de voir ça, ça ouvre des possibilités intéressantes !)

Bon courage pour la suite de ta fiche et l'histoire en tout cas, j'espère que tu te plairas parmi nous coeur

ω



OUR ANIMAL IMPULSES
Shine razor eyes in delight. Shine razor eyes before you die. Shine razor eyes in this light. There’s a cold breeze blowing over my soul.
Animal Impulses ; IAMX.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Etudiant ϟ Indifférent
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Schizophrenic.
Points : 2
Hiboux : 493
Multi-compte(s) : Remus J. Lupin & I. Zéphyr Aït-Malek
Métier : Etudiant à Sainte-Mangouste
Age : 19


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Sam 23 Avr - 18:31

Bienvenue sur Fiz jeune demoiselle coeur En parcourant ta fiche j'ai déjà quelques idées de lien ... Hâte de te valider pour qu'on puisse voir ça ensemble !

Je te souhaite bon courage pour ta fiche, et si tu as la moindre question, n'hésite pas coeur

ω



Georgiado
« Moi je t'offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas. Je creuserai la terre jusqu'après ma mort pour couvrir ton corps d'or et de lumière. Je ferai un domaine où l'amour sera roi, où l'amour sera loi, où tu seras reine. Ne me quitte pas » Jacques Brel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Préfète
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Zouzou ♥ (pour l'avatar et l'aesthetic)
Points : 23
Hiboux : 464
Multi-compte(s) : /
Métier : Reine auto-proclamée de Serpentard


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Sam 23 Avr - 20:17

''Cette fille ne se soucie donc t-elle jamais de sa réputation ?! '' Une phrase qui pourrait être sorti de la bouche d'Austa. ptdr Bienvenue avec ce perso fort intéressant et bon courage pour ta fiche, j'espère que tu te plairas parmi nous. calin

ω



reign in blood.
I’m bigger than my body. I’m colder than this home. I’m meaner than my demons. I’m bigger than these bones. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Batteuse
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : avatar : anarchy / aesthetic : oim / signa : endlesslove
Points : 7
Hiboux : 222
Club : Membre à part entière du Club des Briseuses de Noix en Chef ; membre honoraire du Gryffy Squad

Métier : Redresseuse de torts serpentardesques
Age : 18
Particularité : Kleptomane


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Dim 24 Avr - 17:35

Merciiii infiniment à vous trois pour votre accueil I love you ! J'ai tellement hâte d'avoir bouclé l'histoire pour pouvoir rper (et d'autant plus envie d'aller à la recherche de liens What a Face ).

ω



    mind
    i'mma show you how to love again. △ you love how you push me to the point of crazy and I love when you're on your knees and begging for me. you got me good with all these mind games, there you go, you got my heart again.  ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Haziel (aesthetic) ; Liloo_59 (avatar)
Points : 2
Hiboux : 318
Multi-compte(s) : Sirius O. Black
Club : Canards sauvages ; Chaussettes solitaires ; Buveurs de Bierraubeurre ;

Métier : Relayeuse d'informations à Poudlard
Particularité : A explosé le record de timeout (x22)


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Dim 24 Avr - 17:44

Bienvenuuuuuuuuuue coeur

Je ne me fais pas de soucis pour toi, tu devrais pouvoir te dégoter une flopée de liens assez facilement avec Eve ! Je vais réfléchir si y a pas moyen d'en trouver un avec Sirius ou Mary ou même les deux What a Face  Si jamais tu as besoin n'hésite pas à venir nous trouver!  

Oh! Et à la lecture de ta fiche j'ai cru avoir l'impression que tu pensais que BB était exclusivement réservé aux filles et Durm' aux garçons. Mais c'est peut-être moi  haha  du coup pour l'info, les deux établissements accueillent des filles ET des garçons ange

Bonne chance avec la fin de ton histoire coeur

A très vite sur la cb love

ω



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
7ème année ϟ Batteuse
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : avatar : anarchy / aesthetic : oim / signa : endlesslove
Points : 7
Hiboux : 222
Club : Membre à part entière du Club des Briseuses de Noix en Chef ; membre honoraire du Gryffy Squad

Métier : Redresseuse de torts serpentardesques
Age : 18
Particularité : Kleptomane


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Dim 24 Avr - 17:57

Hey, merci beaucoup I love you ! C'est gentil comme tout.
Ah nonon, j'avais bien compris que les deux écoles étaient mixtes ne t'en fais pas : ). J'ai peut-être cela dit été maladroite dans la formulation, je relirai ça pour dissiper la confusion cookie.

ω



    mind
    i'mma show you how to love again. △ you love how you push me to the point of crazy and I love when you're on your knees and begging for me. you got me good with all these mind games, there you go, you got my heart again.  ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Mer 27 Avr - 22:28

Bienvenue à toi *__*
Ton perso est hyper intéressant ! J'adore ! ♥️ Je suis pas sûre que Pando et elle se supporteraient mais c'est ça qui est peut être fun !
Et j'adore ta manière d'écrire aussi. Bienvenue parmi nous ballon
Revenir en haut Aller en bas
Admin
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Hollow Bastion
Points : 6
Hiboux : 428


MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   Jeu 28 Avr - 13:44

Le Choixpeau Magique


ϟ Maintenant que tu es validé(e), tu vas pouvoir passer faire un tour par les bottins pour référencer ton personnage. D'abord, réserve lui sa tête en passant par le bottin des avatars. Mais référence aussi ses capacités magiques dans le bottin des patronus et des capacités spéciales au besoin.
Ton personnage, maintenant entré à Poudlard, va pouvoir s'y investir ; tu as la possibilité de l'inscrire aux essais pour l'équipe de Quidditch, ou alors, tu peux demander à Dumbledore de le nommer en tant que préfet
Si c'est ton deuxième personnage - ou plus, petit coquin ! - va donc t'inscrire dans le bottin des multicomptes.

ϟ Puis, tu vas pouvoir lui construire une fiche de lien et de RP dans ce sous-forum, tu vas aller lui acheter un hibou que tu vas ranger par ici et que tu vas aller référencer dans ce sujet. Libre à toi aussi de publier son journal intime dans cette sous-partie

ϟ Une fois toutes ces étapes passées, tu peux -enfin- aller RP ! Tu peux évidemment aussi aller flooder, en tout cas, va nous démontrer par des montagnes d'écrits combien tu aimes ton nouveau personnage ♥ Amuse-toi bien sur Fizwizbiz ♥

Qui suis-je ?
Ton personnage s'assoit sur le tabouret en bois, devant toute la grande salle, après avoir été appelé par le Professeur McGonagall qui pose maintenant le Choixpeau Magique sur sa tête ...

« Voilà une jeune fille pleine de vie, téméraire, et audacieuse, mademoiselle Millerfield je sens un feu qui brûle en vous ! C'est sans doute chez les GRYFFONDOR que vous trouverez votre place ! »
Survole l'image pour en savoir plus


fiche by laxy, avatar par Hollow Bastion



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fizwizbiz.forumactif.be
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Eve - let's tessellate   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eve - let's tessellate
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Gestion de votre personnage :: Galerie des portraits :: Fiches validées-