Revenir en haut Aller en bas



 

Partagez | 
 

 We built our own house ~ Augusta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: We built our own house ~ Augusta   Ven 8 Avr - 19:43

Wake up to the sun, clouds always come undone. You give the light I need like water to a seed. Read it in a tale, one too tall to be real and prove me wrong it seems a heart can truly gleam. We built our own house, own house with our hands over our hearts and we swore on that day that it will never fall apart.
Monique se tortillait encore dans son lit, rêveuse et profitant de ses derniers instants de repos et de confort en compagnie du sommeil. Elle commençait petit à petit à prendre conscience qu’elle dormait et qu’il serait bientôt temps de mettre fin à ses songes mais elle était sûre que Pandora la réveillerait au moment critique. Oh non elles étaient encore en dispute ! La Bleue et Bronze allait devoir se débrouiller seule, elle entendait vaguement des voix et des pas qui signifiaient que le dortoir se mettait en mouvement. Monique tourna sur elle-même, donnant le dos au bruit et tentant de se raccrocher à chaque seconde qui la liait encore au doux monde des rêves. Mais c’était terminé. Il était temps pour elle de revenir à la réalité. Elle se redressa tant bien que mal et se traina jusqu’à la salle de bain des préfets en pyjama et ses vêtements sous le bras. Elle tenait à souligner qu’elle adorait les privilèges de son poste et qu’elle ne s’en lassait jamais. La salle de bain des préfets était moins bruyante, moins remplie et surtout bien plus belle. Elle se déshabilla pour entrer dans l’énorme baignoire qu’elle venait de remplir et se prélasser un moment dans l’eau chaude et mousseuse. Au bout d’une demi-heure elle se rendit compte qu’il était temps pour elle d’aller prendre son petit-déjeuner pour éviter tout retard en cours. Elle se sécha d’un coup de baguette et s’habilla rapidement avant de retourner dans son dortoir où elle lança distraitement son pyjama sur son lit et se maquilla. Elle se rendit ensuite dans la Grande Salle bruyante et s’assit à côté de ceux qu’elle appréciait le plus, ou plutôt les plus populaires de sa maison. En réalité elle était beaucoup plus proche des Serpentards avec qui elle passait le plus clair de son temps, mais sa bonne humeur légendaire et sa capacité à mettre de l’ambiance partout où elle allait lui avaient valu la sympathie de ses pairs. Sans oublier son amour pour sa maison et son rôle de préfète. Elle discuta alors avec Arthur, se plaisant à savoir comment tout se passait avec sa petite amie, tout en se régalant de ce que les elfes de maison leur avaient préparé.

Il était maintenant temps pour eux de se rendre en cours et Monique était ravie de terminer sa journée par l'étude des runes. Elle voulait profiter de la contemplation du professeur et suivre la leçon optionnellement. Elle n’eut pas tort car ce jour-là M. Silaïev était canon et la Bleue et Bronze s’empressa de s’installer au premier rang, sortant ses affaires tout en lançant des regards appuyés et intéressés au professeur. Elle essayait d’être discrète vis-à-vis des autres élèves mais ne savait pas si elle s’en sortait toujours très bien. Augusta la rejoignit à la table et elles discutèrent rapidement de leur journée avant le début du cours. Elles suivirent toutes deux assidument, pas la peine de préciser pourquoi. Monique savait que les plupart des élèves de la gent féminine étaient incapables de décoller leurs yeux d’Azraël et elle le comprenait bien mais ça ne la gênait pas tant que personne ne se mettait sur son chemin. Il était à elle et elle comptait bien le garder. A la fin du cours Monique échangea quelques mots avec M. Silaïev pour lui assurer que son cours était génial et qu’elle avait beaucoup appris. Elle se lança ensuite à la poursuite d’Augusta et l’attrapa par bras pour l’obliger à se retourner. « Ma belle, ça te dit une petite soirée entre filles ? » Monique en avait besoin pour décompresser un peu, surtout qu’elle ne se sentait pas capable de supporter une autre dispute avec Pandora et qu’elle préférait passer du temps avec la reine des Serpentards, autant par opportunisme que parce qu’elle l’appréciait. « Moi je dis la Salle sur Demande si elle veut bien s’ouvrir pour nous et nous offrir une pièce parfaite pour notre mini soirée pyjama. » Monique aurait sûrement préféré passer la soirée avec Reyna qui était beaucoup moins attachée à la politique et qui se trouvait également être sa meilleure amie mais Augusta était là et elles passaient toujours de bons moments ensemble donc autant en profiter.

Elles se dirigèrent toutes deux vers le septième étage s’amusant avec les escaliers même si elles étaient habituées à leurs petites blagues. Une fois arrivées, elles ne surent pas exactement retrouver où se situait la salle mais en se concentrant sur leur désir le plus cher : une soirée entre filles, une porte apparut enfin. Monique s’empressa de l’ouvrir et de s’y engouffrer, suivie d’Augusta. La salle était magnifique, tapissée de grands tapis persans sur lesquels elles trouvèrent deux matelas accompagnés d’oreillers et de couvertures rouges et très douces au toucher. Dans un âtre brûlait un feu chaleureux qui crépitait et semblait les inviter à s’installer. De l’autre côté de la pièce il y avait des étagères avec des magazines, des livres, du maquillage et même des pyjamas. Monique en choisit un rose avec de petits oursons et se changea et elle en lança un autre à Augusta pour qu’elles soient toutes les deux à l’aise pour discuter. La Serdaigle prit un magazine et alla s’installer confortablement sur un matelas en s’enroulant dans une couverture. « Alors, qu’elle star seriez-vous ? » Monique ouvrit le magazine et s’arma de sa plume pour cocher les réponses. Elle lança un regard de défi à Augusta. « Tu commences. » Elle lut la première question dans son cœur en souriant puis se décida à en partager le contenue avec son amie. « Si votre manager vous annonce que vous devez chanter aux Trois-Balais pour lancer votre carrière vous répondez : a. chanter aux Trois-Balais ça a toujours été mon plus grand rêve ! b. c’est une blague pas vrai ? Ou c. est-ce que j’aurais le droit de me soûler avant de monter sur scène ? » Monique attendit la réponse avec impatience, sachant qu’elle aurait sûrement choisit la dernière qui était bien plus marrante que les autres mais elle voyait bien Augusta choisir la réponse b. connaissant les attentes de cette-dernière quant à son avenir. Chanter dans les Trois-Balais ? Jamais ! Il lui faudrait la tournée mondiale dès le début de sa carrière. « Verdict ? »
©Pando
Revenir en haut Aller en bas
7ème année ϟ Préfète
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Zouzou ♥ (pour l'avatar et l'aesthetic)
Points : 23
Hiboux : 469
Multi-compte(s) : /
Métier : Reine auto-proclamée de Serpentard


MessageSujet: Re: We built our own house ~ Augusta   Lun 25 Avr - 20:23

Augusta, en plein milieu du cours d’étude des runes, écoutait attentivement. Elle avait pris cette option en troisième année parce que la divination, les soins aux créatures magiques et l’étude des moldus, aussi bien appeler l’étude des saletés, ne lui serviraient à rien. Les cours d’arithmancie et de runes eux, étaient bien plus utiles, surtout si on pensait à son futur. Bien qu’elle ait toujours apprécié ces classes, cette année la jeune fille avait une motivation… Supplémentaire disons-le, pour se rendre à son cours d’étude des runes. En effet, le nouveau professeur ne la laissant pas indifférente. Il ne laissait pas grand monde indifférent à vrai dire, que ce soit par son physique ou son caractère. Or, Augusta se considérait différente de toutes ces gamines transies d’amour qui se pâmaient devant lui. Elle avait un réel lien avec le professeur, ils se parlaient souvent en fin de cours et parfois même à l’extérieur. À vrai dire Augusta ne pouvait pas mettre un mot sur ce qu’elle ressentait, mais elle savait qu’elle aimait recevoir son attention et que s’il n’avait pas été professeur, son comportement aurait déjà été bien plus aventureux. Ça ne l’empêchait toutefois pas d’agir très différemment envers lui qu’envers n’importe quel professeur. Monique, assise à côté d’elle, semblait un peu trop du même avis à son goût. En effet, lorsque la fin du cours arriva et annonça ainsi la fin de la journée, elle s’empressa d’aller lui parler. Tout en rangeant ses choses, Augusta déguisa sa pointe de jalousie en tournant la situation à son avantage. Après tout, elle n’avait pas besoin de lécher les bottes du professeur pour avoir son attention. Elle sortit de la salle de classe sans un regard en arrière avant de sentir quelqu’un lui prendre le bras. Il s’agissait de l’aiglonne, tout sourire, qui lui proposait une soirée entre filles dans la Salle sur Demande. Bien qu’Augusta n’oubliait pas sa rancœur envers elle, elle devait avouer que l’idée lui plaisait. D'un parce qu’elle aimait bien se faire demander, de deux parce qu’elle sautait sur l’opportunité. En effet, si elle voulait garder sa couronne elle ne devait pas seulement se faire respecter, mais aussi rester proche des membres de sa cour pour éviter toute trahison. De trois, elle avait bien envie de décompresser un peu. En effet, les professeurs s’étaient passés le mot pour les assommer de devoirs durant la semaine. Augusta était d’accord, ils passeraient leurs ASPICs à la fin de l’année, mais ce n’était pas une raison pour les faire travailler comme jamais.

« Je suis pour, on en a bien besoin ! » Il fallait dire que Monique n’était pas si détestable. Elles s’entendaient même assez bien. L’année dernière lorsque Nevea l’avait abandonné pour Durmstrang, elles s’étaient rapprochées. De plus, elles étaient toutes les deux préfètes.Qu’elle approuve la soirée et qu’elle l’aime bien ne voulait pas dire qu’elle avait oublié ce qui venait de se passer. Alors que les deux filles se rendaient au septième étage bras-dessus bras-dessous, Augusta lança d’un ton détaché qu’elle maîtrisait parfaitement : « Tu savais que le prof de runes était marié ? La rumeur dit même qu’il a deux enfants. »

Il n’y avait rien de plus faux dans ce qu’elle venait de dire, mais si ça pouvait calmer les ardeurs de Monique pourquoi pas. Elle ne se faisait pas de faux espoirs, son amie était persévérante et fougueuse, mais sait-on jamais. La rumeur pourrait peut-être se répandre dans l’école et ainsi décourager quelques gamines. Alors qu’elles se retrouvèrent devant la porte, l’envie des deux filles de passer une soirée tranquille se fit sentir et une porte menant à une salle splendide apparut. Augusta n’en demandait pas moins. Tout ce dont elles avaient besoins s’y trouvait, du maquillage, des magazines, des pyjamas, des matelas, des couvertures… Bref, un endroit bien douillet juste à elles pour la soirée. Elle eut un sourire moqueur en voyant Monique choisir le pyjama rose à motif d’oursons, optant elle-même pour un pyjama violet à pois blancs que lui tendait son amie. Elle prit une couverture puis s’installa sur un matelas voisin à celui de Monique. La salle sur demande était parfaite. Elles pouvaient être dans un endroit tranquille sans se faire déranger par personne, absolument personne. À cet instant la barrière d’Augusta tomba un peu, un tout petit peu. Elle ne tombait jamais réellement, elle était beaucoup trop méfiante et sur ses gardes, mais c'était déjà du progrès. La Serdaigle s’arma ensuite d’un magazine et d’une plume afin qu’elles puissent répondre à des tests et peut-être même feuilleter le magazine après. D’accord, tous ces trucs étaient puérils, mais ça leur faisait passer le temps et avec Monique, Augusta ne s’en souciait pas tellement. Elles agissaient ainsi depuis qu’elles étaient petites, s’adonnaient à des activités féminines et elle ne voyait pas pourquoi ça changerait. Elle écouta attentivement son amie lui lire les choix de réponses à la question, bien que le choix ne fut pas très difficile. La réponse B était toute faite pour elle. C’était clair, la personne du A n’avait pas d’ambition et celle du C, pas de classe.

« B ! Je pense que je virais mon agent sur le champ. » Dit-elle sérieusement. Elle ajouta d'un ton malicieux : « Tu te rappelles la dernière fois qu'on y était, le groupe qui chantait ? C’était pathétique. » Dit-elle en riant. Ils avaient tous eu beaucoup de plaisir à se moquer du groupe qui se prenait un peu trop au sérieux pour des gens qui faussaient. « Et toi ? Tu choisis qu’elle réponse ? » Il fallait bien que Monique réponde elle aussi. Une fois qu'elle donna son choix, Augusta dit tout en s'installant un peu plus confortablement sur le matelas : « Tu me lis la prochaine ? »

ω



reign in blood.
I’m bigger than my body. I’m colder than this home. I’m meaner than my demons. I’m bigger than these bones. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: We built our own house ~ Augusta   Sam 14 Mai - 21:09

Wake up to the sun, clouds always come undone. You give the light I need like water to a seed. Read it in a tale, one too tall to be real and prove me wrong it seems a heart can truly gleam. We built our own house, own house with our hands over our hearts and we swore on that day that it will never fall apart.
Monique était heureuse de compter Augusta parmi ses amies et de pouvoir passer du temps avec elle sans trop se prendre la tête. La Verte et Argent était l’une des personnes les plus influentes de l’école et il était mieux de l’avoir de son côté plutôt que de devoir la confronter. Sans oublier qu’elles se connaissaient depuis leur plus jeune âge, s’étant rencontrées à des réunions entre familles de sang pur. Leur relation avait toujours été tournée vers des histoires entre filles agrémentées de soirées pyjamas, de ragots qui couraient entre les murs de Poudlard et de conversations à propos de garçons. Elles avaient donc toujours été proches, sans jamais vraiment se confier ou avoir totalement foi en l’autre. Si Monique voulait faire les magasins ou répondre à des quizz amusants elle se tournait vers Augusta qui ne refusait jamais une bonne soirée. Mais si Monique ressentait le besoin de faire la fête ou de se confier elle allait directement retrouver Reyna. Ce devait être la même chose du côté de la Greengrass qui était la meilleure amie de Nevea. Le départ de celle-ci l’année dernière pour passer une année à Durmstrang était d’ailleurs ce qui avait permis aux deux jeunes filles de se rapprocher encore plus car Augusta avec du temps à accorder. Le seul petit bémol de leur amitié était sans doute le fait que la Serdaigle soit incapable de tenir très longtemps une discussion sur ses convictions politiques, même si elle était d’accord avec tout ce que lui disait son interlocutrice. Mais en vérité, elle s’en fichait, elle préférait de loin parler du ciel bleu plutôt que rabâcher à longueur de journée à quel point elle haïssait les nés-moldus. Oui elle les détestait, évidemment, et ils le savaient aussi bien qu’elle, alors pourquoi avoir besoin d’en parler encore ? A cause de cette manière de penser, Augusta avait eu quelques doutes sur la sincérité de la brune mais au bout d’un certain temps elle avait arrêté de poser des questions et avait fini par accepter l’indifférence de Monique et son rejet des conversations politiques. Chacun sa vision des choses, pas vrai ?

Néanmoins, si cette facette de la Bleue et Bronze n’avait pas entaché leur amitié, peut-être qu’autre chose le ferait. Elles s’entendaient très bien, certes, et leur relation durait depuis longtemps mais les fondations n’étaient pas forcément solides. Mais pourquoi penser à ça quand elles pouvaient aller lire des magazines et s’amuser un peu ? La journée était finie et Monique avait envie d’aller se détendre un peu en compagnie d’une amie. Augusta accepta avec plaisir, toutes deux ressentaient donc le besoin de se mettre à part un moment et se partager un moment entre filles, loin des problèmes du château, dont elles allaient tout de même parler. La Verte et Argent commença d’ailleurs par une rumeur avant même qu’elles soient arrivées à la Salle sur Demande. Elle assurait que le professeur de runes – l’homme le plus beau de la planète qui se baladait tranquillement dans les couloirs de Poudlard – était marié. Azrael n’avait jamais mentionné une femme mais en réalité cela ne gênait pas Monique une seule seconde. Attendez… des enfants ? Elle l’imaginait très mal avec des versions miniatures de lui-même en train de lui tourner autour en criant et en l’appelant « papa ». Non, en fait elle l’imaginait bien et c’était très marrant. « Je ne crois pas que ce soit vrai mais qui sait ? On pourrait demander à son frère. » Monique savait qu’il était sorti avec Augusta et que ça ne s’était pas très bien passé mais si elle pouvait l’embêter un peu elle ne se gênerait pas. Evidemment ça restait amical et c’était pour répondre aux rumeurs sûrement fausses que la blonde venait d’avancer sur Azrael. De toute façon cela ne changeait rien pour Monique, elle aussi était fiancée, mais est-ce quelqu’un y faisait attention ? Non. Est-ce qu’elle y faisait attention ? Non. Alors elle ne risquait pas de s’intéresser à la femme d’Azrael.

Elles arrivèrent devant la Salle sur Demande et entrèrent dans la pièce qui s’était transformée afin d’être parfaite pour leur soirée pyjamas. Elles se changèrent et Monique choisit un pyjama rose bonbon avec des oursons sous le regard moqueur de son amie. Elle devait avoir l’air ridicule mais c’était une couleur tellement girly qui avait tout de suite attiré son regard et elle n’avait pas pu s’empêcher de le prendre. Peut-être qu’elle ressemblait à une gamine de douze ans avec son visage assez enfantin mais elle s’en fichait, personne n’était là pour la juger, sauf peut-être Augusta qui s’habilla elle-même avec un pyjama violet à pois blancs. Maintenant il leur serait impossible de se juger mutuellement. Elles étaient trop mignonnes dans leurs tenues confortables. Elles devaient avoir l’air tout droit sorties de l’imaginaire d’une petite fille. Elles s’installèrent sur deux matelas voisins et Monique se lança dans la lecture de la première question. Comme elle l’avait prédit, la Verte et Argent choisit la réponse B, ajoutant même qu’elle irait jusqu’à virer son agent. « Je n’en attendais pas moins de toi. » La Serdaigle entoura la lettre avec attention alors que son amie se remémorait à haute voix du jour où elles étaient allées aux Trois-Balais et que le groupe qui y chantait était tellement nul qu’elles s’étaient moquées tout le long de leur prestation. Monique se mit à rire en repensant à cette scène, accompagnant Augusta, peut-être que c’était méchant mais il aurait fallu y assister pour comprendre. La musique était nulle, ils chantaient faux et les paroles étaient extrêmement niaises. Inspirée par ce souvenir elle se mit à fredonner les quelques phrases dont elle se souvenait en en rajoutant des caisses pour montrer à quel point ils avaient été médiocres. Parce qu’en temps normal, évidemment, elle chantait très bien. « Je ne vois pas ma vie sans toi, ouah, ouah. Tu es dans mon cœur, tu es ma vie, yeah, yeah. Pourquoi tu pars ? Pourquoooiiii ? Je crie ton nom, noooom. Et tu n’entends rien, rieeeeen. » A la fin de son mini concert, Monique fit une référence en faisant passer sa chevelure abondante sur son visage puis en la ramenant à sa place habituelle. Une chance pour elle, le ridicule ne tuait pas, ou très rarement. En tous cas, elle trouvait ça très drôle de se moquer des gens peu talentueux, elle ne pouvait pas s’en empêcher. Augusta lui demanda ensuite quelle réponse elle aurait donné. « La c. quoique je pense que j’aurais été trop bourrée pour monter sur scène. Mais d’un autre côté, même bourrée je m’en serais mieux sortie que le groupe de la dernière fois. » Elle lâcha un petite rire, trouvant que la réponse qu’elle avait choisie était la plus amusante, les autres l’ennuyaient. Elle choisit de mettre une croix devant sa lettre pour faire la différence entre ses réponses et celles de son amie qui lui demanda de lire la prochaine question. « Alors. En tant que star, vous devez avoir votre grand scandale qui sera : a. faire du trafic de dragons, b. annuler un concert pour dormir ou c. sortir avec un homme marié. » Pourquoi la réponse lui semblait-elle évidente ? Elle ne savait pas si Augusta le prendrait bien mais elle trouvait ça extrêmement drôle. Elle mis un croix face à la réponse c., encore une fois. « Je prends la c. j’en serais vraiment capable. » Sans mentir à aucun d’entre vous, elle parlait du seul, de l’unique Azrael et ses yeux magnifiques. Elle ne savait pas si Augusta comprendrait l’allusion, mais ce n’était pas vraiment important.        

©Pando
Revenir en haut Aller en bas
7ème année ϟ Préfète
avatar

Voir le profil de l'utilisateur
Crédit : Zouzou ♥ (pour l'avatar et l'aesthetic)
Points : 23
Hiboux : 469
Multi-compte(s) : /
Métier : Reine auto-proclamée de Serpentard


MessageSujet: Re: We built our own house ~ Augusta   Dim 10 Juil - 16:36

Augusta devait avouer qu’elle s’amusait en compagnie de Monique. Elle avait compris depuis un moment déjà que Monique n’était pas bien dangereuse, ce qui l’aidait grandement à décompresser. L’aiglonne ne pensait qu’à s’amuser, ce qui ne faisait pas d’elle une rivale tel Aleksandra ou bien Nevea. La Serpentarde surveillait tout de même ses arrières, refusant de baisser sa garde pour de bon. Il était toutefois vrai qu’elle pouvait facilement se laisser aller en sa compagnie, mais de toute façon, qu’est-ce que Monique pouvait bien aller raconter ? Qu’elles se vernissaient les ongles en lisant des magazines et partageaient les derniers ragots ? Voilà qui n’était pas bien intéressant et trop peu pour détruire une vie. Bref, une petite soirée tranquille dans la salle sur demande n’était pas de refus, surtout que se remettre au rythme scolaire éreintant que les professeurs leur avaient imposé était difficile. Être en vacances, c’est n’avoir rien à faire et avoir toute la journée pour le faire, mais ce dicton n’était définitivement plus d’actualité au château. Alors que les deux filles se promenaient, Augusta inventa une rumeur sur le professeur de runes. Faire circuler de fausses rumeurs, c’était un de ses points forts et le meilleur là-dedans était que la grande majorité des gens la croyaient. Elle dit à Monique que Azrael était marié et avait des enfants, espérant que cela stoppe un peu ses ardeurs. Son amie était tellement fougueuse que les chances étaient minces, mais si la rumeur pouvait arriver aux oreilles de d’autres filles moins impulsives, pourquoi pas. Monique ajouta qu’elle en doutait, mais qu’elles pourraient demander à Haziel. Augusta acquiesça simplement, parce qu’au fond ça lui importait peu. Elle savait que c’était faux et si l’aiglonne voulait demander au frère du concerné, c’était son choix. Après tout, elle-même se rapprochait et posait des questions subtiles à Haziel, lui faisant croire qu’elle s’intéressait à lui alors qu’en fait tout ce qu’elle voulait était se rapprocher des élèves influents de Durmstrang ainsi que du professeur de runes.

Confortablement installée dans la salle sur demande et maintenant en pyjama douillet, les filles s’étaient lancées dans un test de magazine. Si Augusta y croyait, peut-être pas, mais ils étaient assez divertissant pour passer le temps. Puis c’était la tradition entre elles, soit ça, soit répondre à des quiz sur les célébrités ou simplement feuilleter les magazines pour le plaisir. Augusta répondit à la première question la réponse b, ce qui lui rappela le groupe minable s’étant présenté à Pré-au-Lard durant leur dernière sortie. Elle se mit à rire alors que Monique se mit à les imiter, imitation très réussie. L'aiglonne chantait des paroles toutes aussi niaises d'une voix toute aussi fausse, ce qui donnait un spectacle divertissant à la Vipère. Lorsqu'elle termina sa chanson d'une révérence, la blonde s'esclaffa.

« Tiens, tu devrais peut-être les contacter pour faire partie du groupe toi aussi. » Dit-elle moqueusement, bien que de l'amusement se lisait dans ses prunelles.« Par contre tu as oublié les mouvements de danse. » Ajouta-t-elle, l'ombre d'un sourire sur les lèvres. Le groupe ne s'était pas contenté de chanter, mais ils avaient dansé aussi, faisant des mouvements maladroits et parfois beaucoup trop intenses pour l'occasion. Quelques rares élèves avaient aimé. Eux, s'étaient moqués durant tout le spectacle. C'était sans aucune honte qu'Augusta l'avait fait. Le groupe n'avait qu'à s'améliorer s'ils ne voulaient pas qu'une situation du genre se reproduise, bien que cela se reproduisait sans doute chaque soir. Les deux filles en revinrent au test, où Monique choisie la réponse c, affirmant que même bourrée sur scène elle s'en serait mieux sortie. La réponse qu'elle choisit ne l'étonna pas tellement, bien que la Serpentarde pensa qu'elle aurait peut-être hésité avec la b.

« Tu parles que tu t'en serais mieux sortie, ils n'étaient pas très durs à battre. Même cette fille de 5e dans ta maison en serait capable. »

Répondit la blonde, un sourire moqueur en coin. La soi-disant fille de cinquième année adorait le chant, mais ne semblait pas réalisée qu'elle chantait très faux ce qui donnait des situations amusantes, surtout lorsqu'elles la surprenaient à chanter aux toilettes. Augusta demanda ensuite à Monique de lui lire la prochaine question. Celle-ci portait sur le premier scandale qu'elles feraient en tant que star. La réponse a parlait d'un trafic de dragon. Mouais. Elle l'aurait surement fait tôt ou tard, mais ça n'aurait pas été son premier grand scandale. La réponse b non plus, qui était d'annuler un concert pour dormir. Si elle était une star c'était qu'elle aimait son métier, alors pourquoi dormir ? Non, définitivement la réponse qui lui convenait le mieux était la c. Sortir avec un homme marié. Pourquoi pas ? Augusta finissait toujours par obtenir ce qu'elle voulait et ce n'était pas un vulgaire anneau d'or mis à l'annulaire gauche qui la ferait flancher. Monique choisi la réponse c elle aussi, disant qu'elle en serait vraiment capable. Bon. La rumeur qu'elle avait inventée ne serait pas très utile pour dissuader sa camarade de s'intéresser au professeur. De toute façon, elle s'en était doutée dès le début. Tant pis. Elle trouverait bien un autre moyen. Puis soi Monique garderait la rumeur pour elle, soi elle la dirait à d'autres plus influençables qu'elle. Dans les deux cas, cela lui convenait.

« Moi aussi. »
Répondit-elle rapidement, peut-être un peu trop. Mais qu'est-ce que cela pouvait changer ? Augusta ne parlait pas nécessairement d'Azrael, qu'elle savait de toute façon non-marié. Elle parlait de n'importe quel homme. Elle n'avait jamais considéré le mariage comme une union sacrée de toute façon. Pour elle, le mariage n'était qu'une illusion. Le mariage pour elle, ce n'était qu'un immense compte de banque s'ajoutant au sien et l'alliance de deux familles des plus nobles. Le passe-droit pour se placer un peu plus haut dans la hiérarchie des sang-purs. Contrairement à ce que prétendaient les romans à l'eau de rose de sa mère, les mariages étaient rarement synonyme d'amour, elle le voyait bien assez depuis toute petite. Elle ne connaissait pas grand-chose à l'amour, elle n'y connaissait presque rien en fait. Toutefois, s'il y avait un fait dont elle était certaine c'était qu'il n'était jamais présent dans un mariage. Pas dans le milieu d'où elle venait en tout cas. Ou du moins, très rarement.

« En fait, je ne me sentirais même pas coupable. » C'était la stricte vérité. De toute façon, Augusta se sentait rarement, voir jamais coupable pour l'un de ses actes. Ils étaient tous très réfléchis et planifiés, puis si ce n'était pas le cas, ils étaient du moins mérités.

« La prochaine ? »
Dit-elle, revenant aux questions.

ω



reign in blood.
I’m bigger than my body. I’m colder than this home. I’m meaner than my demons. I’m bigger than these bones. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: We built our own house ~ Augusta   

Revenir en haut Aller en bas
 
We built our own house ~ Augusta
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Young Haitian MD named White House fellow
» [UPTOBOX] House of Fury [DVDRiP]
» Little House on the Prairie [FB 1623]
» House Show # 16 : El Paso , Texas - KNOCKOUTS SUMMER TOUR !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ϟ Fizwizbiz. :: Poudlard :: Septième étage et Tours :: Salle sur Demande-